Les derniers billets

Psychologie sociale super-héroïque

L’actualité du patrimoine mondial est fort agitée : l’incendie de Notre Dame de Paris la semaine dernière, la sortie du prochain opus de l’univers cinématique Marvel ce mercredi, celui-ci se situant entre Notre Dame de Paris et la cathédrale d’Amiens dans mon subjectif classement (croissant) du patrimoine mondiale de l’humanité. Pour fêter la sortie (tant attendue par certains et certaines) du retour, entre autres, de Thanos et de Tony Stark, nous vous proposons ce lien vers un billet publié au cours de l’été 2018. Comment Tony Stark va-t-il réagir à la disparition de Peter Parker qu’il avait pris sous son aile (et de ses autres compagnons de lutte)? Cela va-t-il encore faire croître son illusion de détermination?

Lien vers le billet susmentionné

 

Que pourrions-nous trouver dans les bulletins scolaires de Donald Trump?

Si vous suivez l’actualité, vous connaissez probablement l’information qui va suivre. Si ce n’est pas le cas, vous risquez d’être fort surpris : les bulletins scolaires de Donald Trump auraient disparu, comme l’ont sous-entendu certains médias.

Le texte qui suit s’intéresse ainsi aux appréciations que nous aurions pu trouver sur les bulletins scolaires de l’actuel président des Etats-Unis d’Amérique s’il avait été étudiant en France. Cette fiction est construite à partir d’un travail mené sur le jugement professoral appréhendé via les appréciations portées par les enseignants (en particulier ceux d’EPS) sur les bulletins scolaires.

 

Transmettre la Shoah : une question socialement vive?

La question, au moment où disparaissent les « derniers grands témoins » (1), et au moment où il apparaît, selon le sondage effectué par la Fondation Jean Jaurès avec l’institut Ifop en décembre dernier, qu’environ 20 pour cent des jeunes français âgés de 18 à 24 ans n’ont jamais entendu parler de la Shoah ou du génocide des juifs, semble particulièrement d’actualité (2). Une telle information ne laisse pas d’interroger, tant la question de la transmission de la Shoah se pose avec acuité non seulement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais surtout depuis le milieu des années quatre-vingt-dix.

 

Enseigner l’EPS : les effets du ciblage didactique.

Aujourd’hui, il est possible d’expliquer les mécanismes psychophysiologiques qui régulent les apprentissages à la source des transformations motrices (Damasio, 2017). Si ces apports enrichissent la vision fonctionnelle de l’apprenant, il nous semble complémentaire de réfléchir à l’influence des enseignements sur les perceptions du monde. Cette contribution consiste à questionner les effets de la logique interne des pratiques et du ciblage didactique sur les perceptions et les représentations du corps des élèves. Il est souligné dans les programmes que l’Éducation Physique et Sportive (EPS) contribue au développement de la personne. Pourtant, rares sont les travaux qui étayent ces déclarations.

 

Du pubertaire au génie adolescent.

La période de l’adolescence a été étudiée par un ensemble d’auteurs, notamment à partir de cas cliniques, dans des rencontres et regroupements permettant des échanges conceptuels denses autour des questions psychopathologiques. En ce qui me concerne, la théorisation de Philippe Gutton a été une source d’inspiration pour mon travail de recherche en clinique de l’adolescence. Philippe Gutton, psychiatre, psychanalyste et professeur émérite de l’université de Paris 7 a introduit un nouveau paradigme en psychanalyse avec sa thèse de base du « pubertaire ». Pour lui, l’adolescence n’est pas seulement une reprise de l’infantile. L’adolescence est une période de refondation de soi, une « recherche de solution permettant d’assurer le sentiment continu de l’existence tout en intégrant la nouveauté pubertaire » (Gutton, 1997, p. 199).

 

Subjectivité et marginalités dans les expériences d’apprentissage, XVIIIe-XXIe siècle.

L’idée de ce colloque était de réfléchir sur les aspects et contenussubjectifs des expériences d’apprentissage prises au sens large, c’est-à-dire pouvant concerner les apprentissages en cadre institutionnel ou aussi bienautodidactes ou informels et apparemment « hors-normes ». Quesignifie apprendre du point de vue du sujet ? Quelles économies émotionnelles, relationnelles, décisions intimes, déplacements, renoncements peut-être, s’opèrent alors ? Et quelle est la manière dont le sujet se relate àlui-même cette expérience ?