Aménager les rythmes scolaires hebdomadaires : une politique éducative entre local et national , années 1950-années 2000

Épisode 1 / 2 : des années 1950 à 1980 –

La réforme des rythmes scolaires hebdomadaires dans les écoles primaires, actée par décret du 24 janvier 2013, semble être en passe d’être enterrée : 80 % des communes ont demandé le retour à la semaine des 4 jours à la rentrée 2018 selon une enquête de l’Association des maires de France publiée le 22 novembre 2017. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République en 2017, les maires ont en effet la possibilité de revenir sur cette réforme contestée (déjà assouplie en 2014 par le successeur de Vincent Peillon, Benoît Hamon) et de supprimer les activités périscolaires par le retour à la semaine de quatre jours, un non-sens pédagogique selon les principaux spécialistes de l’éducation – comme Antoine Prost ou Claude Lelièvre, signataires d’une tribune dans Le Figaro, le 10 octobre 2017 – et un rapport sénatorial [1], qui rappelle qu’aucune évaluation scientifique des conséquences de la réforme sur les apprentissages ou la fatigue des écoliers n’a été effectuée. Si l’organisation de la semaine scolaire à l’école primaire a suscité de vives polémiques depuis 2012, la question de l‘aménagement du temps scolaire s’inscrit dans une longue temporalité. Dans un article pionnier, l’historien Paul Gerbod remonte au XVIIIe siècle [2]. La psychologue Claire Leconte rappelle que l’académie de médecine a commencé à se préoccuper de l’organisation des temps scolaires au milieu du XIXe siècle, l’une de ses commissions suggérant même « une diminution du temps des études, une augmentation de la durée des récréations, l’introduction d’exercices corporels pour compenser un travail cérébral excessif et les inconvénients d’une vie trop sédentaire » [3]. Cependant, la principale préoccupation du législateur fut le calendrier scolaire annuel et notamment la durée des vacances depuis le début du XXe siècle [4].

La question de l’aménagement des rythmes scolaires hebdomadaires émerge dans le courant des années 1950-1960, dans le contexte de « l’explosion scolaire » [5]. On peut identifier quatre moments (dont les dynamiques s’entremêlent) dans la mise en place de cette politique éducative du temps, aussi étroitement liée à la montée des politiques éducatives territoriales, d’une part, et des actions culturelles en milieu scolaire d’autre part.

1) Les rythmes scolaires hebdomadaires dans « l’espace du débat public » [6], années 1950-1970

Plusieurs facteurs expliquent l’émergence de ces préoccupations dans des tribunes spécifiques de « l’espace du débat public ». La question du bien-être des élèves et du surmenage engendré par le rythmes de l’école et hors l’école est prise en compte de manière croissante à partir des années 1950-1960, par les spécialistes en chronobiologie et chrono psychologie des enfants [7], par la nébuleuse réformatrice – à l’image de Défense de la jeunesse scolaire – mobilisée lors du colloque d’Amiens de mars 1968, par les élus ruraux, au moment même où se développent les transports scolaires par autocars, dont les effets négatifs sur la santé des enfants sont dénoncés, ainsi que par les parents d’élèves. Par exemple, en 1955, la revue des PEEP, La Voix des parents mène une enquête sur la durée de travail hebdomadaire des lycéens et s’appuie sur les travaux d’Alain Reinberg, qui démontrent l’importance des rythmes de l’enfant pour comprendre l’origine de leur fatigue et les variations de leur attention intellectuelle [8]. Les divers acteurs se saisissant de ce débat s’inspirent assez largement des idées circulant dans les réseaux associatifs d’éducation populaire et les mouvements se réclamant de l’Éducation nouvelle. Ces idées sont relayées dans les réseaux d’élus proches de la gauche non-communiste, comme l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS). Une certaine critique de l’école républicaine porte également sur son rythme de fonctionnement, resté identique depuis l’époque de Jules Ferry. L’organisation de la semaine scolaire est en effet la conséquence de la laïcisation de l’école : en 1972, la journée d’interruption hebdomadaire passe d’ailleurs du jeudi au mercredi, alors qu’un arrêté du ministre de l’éducation, Olivier Guichard, avait supprimé les cours du samedi après-midi trois ans plus tôt. Les discours des élus locaux montrent aussi une volonté d’intervention accrue dans les politiques éducatives, notamment dans la gestion des activités d’éveil et l’utilisation des locaux scolaires. C’est particulièrement le cas des maires socialistes.

2) Le temps des expérimentations locales dans les années 1970-1980

L’un d’eux, Franck Sérusclat, sénateur-maire de Saint-Fons (Rhône) fut l’instigateur de la mise en place de nouveaux rythmes scolaires, à titre expérimental – avec l’appui du conseiller auprès de la Présidence de la République, chargé de l’amélioration de la qualité de vie – dans les écoles et le collège de sa commune au début des années 1980 [9]. Le Ministère de l’Education nationale a d’ailleurs tenté à plusieurs reprises, selon des logiques différentes, de repenser les rythmes scolaires et la pédagogie, du « tiers-temps pédagogique » dans le primaire (1969) à la création d’une Mission à l’action culturelle en milieu scolaire et des Projets d’activités culturelles et éducatives (PACTE) par Christian Beullac (1978-79), en passant par les « 10% culturels » de Joseph Fontanet dans le secondaire (1973). A Saint-Fons, les rythmes scolaires expérimentés visaient à rééquilibrer le temps de travail et le temps de repos de l’enfant tout en dégageant du temps pour l’apprentissage et la sensibilisation à la pratique d’activités sportives, culturelles et ludiques prises en charge par d’autres acteurs éducatifs (parents, bénévoles associatifs, professionnels de l’animation) selon le principe de la coéducation. La journée d’école prenait fin à 15h30 pour laisser la place aux activités périscolaires (gratuites et non obligatoires) jusqu’à 17h et la semaine s’achevait le vendredi, la demande des parents étant alors forte pour un transfert du samedi matin au mercredi matin [10]. Le libre choix des activités et de leur fréquence hebdomadaire étaient laissés aux familles. Le CLSH était la structure d’appui mais la coordination revenait à la collectivité locale. Dans cet « espace éducatif global concerté » (F. Sérusclat), l’école est pensée comme ouverte et intégrée à son environnement socio-culturel. D’autres aménagements furent initiés dans les années 1980, dans des municipalités socialistes, comme Hérouville-Saint-Clair (Calvados), mais également dans des communes de droite, comme Epinal, ville du gaulliste Philippe Séguin, un précurseur au RPR [11].

A suivre…

Julien Cahon, maître de conférences en sciences de l’éducation, CAREF

—————————————————

[1] La Gazette des communes, 12 juin 2017

[2] Paul Gerbod, « Les rythmes scolaires en France : permanences, résistances et inflexions », Bibliothèque de l’école des chartes, 1999, tome 157, livraison 2, p. 447-477.

[3] Claire Leconte, Des rythmes de vie aux rythmes scolaires, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, p. 145.

[4] Georges Fotinos et François Testu, Aménager le temps scolaire, Paris, Hachette Education, 1996, p. 10-22.

[5] Louis Cros, L’explosion scolaire, Paris, CUIP, 1961.

[6] Nous empruntons cette expression à la sociologue Ludivine Balland : Cf. Ludivine Balland, « Une mobilisation décalée : les débats publics autour de la réforme du collège unique », dans L. Gutierrez et P. Legris (dir.), Le collège unique. Eclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975, Rennes, PUR, P. 161-176

[7] Robert Debré, La fatigue des écoliers dans le système scolaire actuel, IPN, 1962.

[8] Paul Gerbod, op. cit., p. 469.

[9] Franck Sérusclat, « Saint-Fons (Rhône). De nouveaux rythmes pour les écoliers. Un maire témoigne », Départements et communes, revue de l’AMF, n°5, février 1985, p. 8-10.

[10] Franck Sérusclat et alii, Saint-Fons. Que fait-on à l’école ?, Villeurbane, Mario Mella Editions, 1993, p. 49.

[11] Archives de l’Assemblée nationale, compte-rendu intégral des débats, déclaration de politique générale d’Alain Juppé, séance du 23 mai 1995, p. 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.