Déconfinement et inégalités territoriales en matière éducative : assiste-t-on (ou pas) à un cumul des difficultés ?

Le confinement décidé le 17 mars et partiellement levé le 11 mai a eu de profondes conséquences sur la France. Economiquement, celui-ci a entraîné un recul inédit du PIB (-5,3% selon l’INSEE)[1]. D’un point de vue éducatif, les difficultés ne sont pas non plus négligeables. Jean-Michel Blanquer a annoncé à l’Assemblée nationale le 21 avril une fourchette de 5 à 8% d’élèves dont le système scolaire n’avait pas de nouvelles. Il soulignait la grande diversité des situations territoriales, avec des chiffres montant pour l’outremer notamment jusqu’à 25%.

Précisément, quel rapport existe-t-il entre confinement et réussite en matière éducative ? Existe-t-il une corrélation entre les profils éducatifs des territoires et l’état d’ouverture et d’accueil des écoles en cette période de progressif dé-confinement ?

  1. Méthodologie et données

Pour analyser cette éventuelle corrélation, seront utilisées des données départementales, afin d’avoir une trame la plus fine possible- le niveau académique risquant de lisser les différences territoriales. Les données utilisées sont les suivantes :

  • Pour les effets du confinement en matière éducative, sont retenus deux chiffres, le pourcentage des écoles ouvertes et celui des écoliers accueillis au 28 mai 2020 (données qui ont été présentées lors du point d’étape de Jean-Michel Blanquer du 28 mai). Seules les données pour les départements métropolitains ont été retenus, laissant de côté (nous y reviendrons par la suite) les territoires ultramarins.
  • Pour les données éducatives, trois données sont retenues afin de couvrir au maximum le champ des difficultés éducatives le long de la formation initiale. En amont, est retenu le taux de scolarisation à 2 ans (en %). En fin de socle commun, est retenu le taux de réussite au DNB ou brevet des collèges (en %). Enfin, pour les difficultés ex post, est retenue la part des non-diplômés et des peu diplômés chez les plus de 15 ans (en %). Ces trois données sont tirées sur des bases de données de l’INSEE.
  • Pour le moment, pas de liens avérés ?

Une analyse de corrélation montre qu’il n’y a pas de corrélation significative entre les informations ministérielles du 28 mai et les résultats éducatifs testés au niveau départemental (taux de scolarisation à 2 ans, taux de réussite au DNB, part des non ou peu diplômés chez les plus de 15 ans).  Les seules données départementales corrélées significativement sont le pourcentage d’élèves accueillis le 28 mai et le pourcentage d’écoles ouvertes à la même date (corrélation significativement positive de 0,601). Ce résultat peut paraître logique, voire tautologique (plus d’écoles ouvertes augmente la capacité d’accueil, qui elle-même favorise le nombre d’élèves accueillis).

Un contrôle des données démographiques (population du département, part des moins de 25 ans dans celle-ci) indique de même qu’il n’y a pas de lien entre le taux d’ouverture des écoles, le pourcentage des écoliers accueillis et le profil démographique pour les départements métropolitains. Il n’y a de ce point de vue pas une différence significative entre ceux les plus peuplés et/ou les plus jeunes et ceux les moins peuplés et/ou les plus âgés.

  • Un constat à nuancer.

Est-ce à dire qu’il n’y a aucune corrélation entre ampleur du non-accueil scolaire et difficultés éducatives ? La prise en compte de l’ensemble des départements métropolitains permet certes d’écarter des tendances en analyse de corrélation. Les choses sont plus complexes si ne sont retenus que le quart de départements accueillant le moins d’élèves au 28 mai, présenté dans le document suivant.

Document 1- Les 24 départements accueillant le moins d’élèves du premier degré au 28 mai, en % (Sources : annonces du MEN, point d’étape du 28 mai).

Nom département Pourcentage d’écoles ouvertes au 28 mai Pourcentage d’élèves accueillis au 28 mai
Corse-du-Sud 27 3
Haute-Corse 15 3
Bas-Rhin 47 4
Val-D’Oise 60 7
Seine-St-Denis 67 8
Moselle 54 9
Haut-Rhin 52 9
Val-de-Marne 77 9
Ardennes 55 10
Bouches-du-Rhône 48 10
Seine-et-Marne 72 10
Haute-Garonne 74 11
Meuse 83 11
Yonne 72 11
Oise 65 12
Aisne 82 13
Aude 64 13
Côte-d’Or 89 13
Lot 98 13
Nièvre 89 13
Pas-de-Calais 49 13
Rhône 97 13
Saône-et-Loire 97 14
Somme 76 15

La corrélation entre taux d’ouverture d’école et pourcentage d’élèves paraît sensiblement plus forte (0,784) pour ce groupe de territoires. C’est peut-être le signe que les fermetures d’écoles y ont pesé plus lourdement (ainsi en Corse, où à peine 3% des élèves sont retournés à l’école le 28 mai). Si l’on compare les données de difficultés éducatives retenues entre ces 24 départements les plus touchés par le confinement éducatif et l’ensemble de la métropole, il peut certes apparaitre une légère sous-performance du premier groupe (document 2). Néanmoins, les deux ensembles ne diffèrent pas significativement sur les trois critères retenus.

Document 2- Résultats éducatifs comparés, en pourcentage (Arrondis au centième, Sources : INSEE, 2018-2020).

Taux scolarisation à 2 ans Part des non ou peu diplômés dans la pop. non scolarisée de 15 ans ou + 2016 Taux de réussite au DNB
24 départements métropolitains (document 1) 13,2 31,22 86,81
Ensemble de la métropole 13,92 30,45 87,34

Est-ce à dire que tout cumul entre confinement et difficultés en matière éducative serait à écarter ? Une réponse affirmative serait à l’heure actuelle au moins prématurée, les effets scolaires du confinement ne pouvant pour le moment être pleinement appréhendés. De plus, certaines données constatables se révèlent potentiellement inquiétantes. En effet, le tableau 1 indique que parmi les 24 départements les plus perturbés dans l’accueil des élèves du premier degré, se trouvent deux académies connaissant déjà des résultats comparativement bas (Corse, Amiens) pour l’espace métropolitain, et qui avaient été des foyers pandémiques (« clusters ») particulièrement virulents. De même, se retrouvent parmi les départements qui sont le moins « retournés à l’école », des territoires de forte concentration de quartiers urbains populaires (Bouches-du-Rhône, Pas-de-Calais, Seine-Saint-Denis, Val d’Oise, Val de Marne, Rhône) où la crise socio-économique liée à la pandémie a durement frappé.

De plus, les tests statistiques présentés ici n’ont pu être assurés que pour la métropole. Or, Jean-Michel Blanquer avait précocement souligné combien les territoires ultramarins connaissaient un nombre d’élèves « perdus » lors du confinement élevé. Il reste hélas plausible, à terme, que l’ampleur des retards d’apprentissage, de l’éloignement vis-à-vis de l’institution scolaire et des conséquences sur les parcours d’éducation et de formation risque d’amplifier les difficultés des territoires qui connaissaient déjà le plus de problèmes en la matière.

Ismail Ferhat (UPJV, INSPE/CAREF)


[1] Grégoire Normand, « L’économie française connaît sa pire récession depuis 1968 », La Tribune, 29 mai 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.