Une nouvelle formation des enseignants

Suite au décret n° 169 du 10 février 2017 complété de deux arrêtés du 10 février 2017, une nouvelle formation destinée à favoriser l’accueil en milieu ordinaire plutôt qu’en milieu spécialisé des élèves présentant des besoins éducatifs particuliers liés à une situation de handicap, de grande difficulté scolaire ou à une maladie vient de voir le jour à la rentrée 2017.

Destinée aux enseignants du premier et du second degré, elle vise la préparation du CAPPEI (Certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive) qui remplace les certifications mises en place en 2004 avec d’une part le CAPA-SH (Certificat d’aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap) pour les enseignants du premier degré et d’autre part, le 2CA-SH (Certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap) pour les enseignants du second degré.

D’un volume de 300 heures sur une année, elle comporte un tronc commun de 144 heures composé de six modules obligatoires complétés de deux modules d’approfondissement d’une durée de 104 heures à choisir parmi huit et d’un module parmi cinq de professionnalisation dans l’emploi d’une durée de 52 heures en lien avec le lieu d’exercice. Elle peut être ensuite complétée dans les cinq ans qui suivent la certification par 100 h de modules d’initiative nationale organisés aux niveaux académique, interacadémique ou national dans le cadre de la formation continue.

Cette formation réunit pour la première fois les enseignants du premier et du second degré et prévoit une formation commune conséquente aux différents champs du handicap mais aussi de la grande difficulté scolaire ou encore de la grande difficulté de compréhension des attentes de l’école, là où précédemment il s’agissait de former à des options différentes selon la nature du handicap ou de la difficulté concernée comportant des contenus de formation différenciés. On notera que les épreuves du CAPPEI comportent également une épreuve visant à exposer la présentation pendant 20 minutes d’une action conduite par le candidat témoignant de son rôle de personne ressource en matière d’éducation inclusive faisant ainsi la démonstration que l’éducation inclusive devient l’affaire de tous et non pas simplement de personnels spécialisés, le titulaire du CAPPEI venant aussi en soutien de ses collègues dans leur mission d’inclusion.

La mise en place en cette présente rentrée de cette formation signe sans aucun doute l’aboutissement d’une lente évolution d’une logique de filière à une logique inclusive de parcours prenant en compte les besoins particuliers des élèves dans la lignée des évolutions législatives de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation de la citoyenneté des personnes handicapées et de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République du 8 juillet 2013 faisant une priorité de «  l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction ». Pour autant, si la notion d’éducation inclusive qui vise à adapter l’institution aux besoins des élèves et non plus d’exiger de l’élève de s’adapter aux exigences de l’école a acquis une légitimité internationale, elle n’en pose pas moins un certain nombre de questions. Comme l’indique M. Caraglio (2017) dans un récent « que sais-je ? » consacré aux élèves en situation de handicap « les pratiques scolaires et disciplinaires qui facilitent l’inclusion des élèves en situation de handicap ne vont pas de soi, de même les modes de coopération et de partenariat à mettre en place ».

C’est à cette évolution de l’intégration à l’inclusion des élèves en situation de handicap et aux questions qu’elle soulève que s’intéressera la conférence du mercredi 11 octobre dans le cadre des mercredis du Caref (Logis du Roy, square Jules Boquet de 18h à 20h) sur la base des travaux menés en la matière sur le territoire picard au sein du laboratoire depuis la promulgation de la loi de 2005. Elle fait suite à la parution d’un numéro récent de la revue Carrefours de l’éducation soutenue par le laboratoire CAREF également consacré à cette question.

Christine Berzin, maître de conférences en sciences de l’éducation, CAREF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.