L’école : une passion française ?

L’éducation, en France, fait au moins depuis Jules Ferry l’objet de controverses médiatiques nourries et passionnées, comme s’il s’agissait de la question politique par excellence. Les intellectuels les plus prestigieux entrent dans le débat et s’affrontent dans des tribunes enflammées et des livres aux titres alarmistes qui couvrent les tables des libraires à chaque rentrée.

L’étude systématique des principaux journaux français, au moyen de techniques d’analyse de discours et de régression statistique, montre que depuis les années 1960, c’est-à-dire depuis que la « démocratisation » est l’horizon affiché des politiques scolaires, les polémiques sur l’école recyclent, année après année, des préoccupations voisines dans des termes récurrents. La répétition des mêmes controverses, loin de les épuiser, favorise à chaque épisode la structuration et la cristallisation de positions irréconciliables, qui offrent à la presse une grille d’analyse permettant de faire entrer assez facilement les questions éducatives dans des cadres médiatiques peu adaptés d’ordinaire au traitement de ce type de sujet.

Une querelle qui tourne en rond… mais qui passionne

Au gré de reformulations successives des noms qu’on leur attribue, des « conservateurs », « républicains » ou « partisans des savoirs » affrontent des « modernistes », « progressistes » ou « pédagogistes » avec une régularité qui donne à penser que, plus que les problèmes soulevés par les protagonistes, compte la pérennité du conflit lui-même. Il semble, à la lecture des diatribes et des anathèmes qui reçoivent un impressionnant écho médiatique, que l’entretien de la passion qui accompagne leur confrontation soit au fond le véritable enjeu de cette polémique interminable.

Il est en effet riche d’enseignements d’en confronter les termes aux problèmes bien réels que chercheurs et administrateurs identifient dans notre système scolaire. Aussi bien dans les années 1970 que dans les années 2000, débattre de l’école, c’est avant tout manier des principes et des idéaux, les réalités invoquées n’étant au mieux que des manifestations et des effets des problèmes de fond, qui restent trop souvent dans l’ombre. Les débats publics sur l’école ne s’animent guère quand on parle de l’école primaire (du moins jusqu’aux années 2010), de l’enseignement technologique et professionnel ou de l’échec scolaire, encore moins des inégalités sociales.

Une passion politique… ou identitaire ?

Plus grave, peut-être : les politiques ne s’emparent qu’occasionnellement de ce sujet pourtant éminemment politique. L’éducation est un sujet accessoire dans les débats électoraux et l’historien est bien en peine de cerner des traditions éducatives et pédagogiques propres à chacune des grandes familles politiques françaises. Qu’est-ce qu’une politique éducative de droite ? Qu’est-ce qu’une politique éducative de gauche ? La réponse ne va pas de soi dans un pays où il se dit, durant plusieurs décennies, que c’est Edgar Faure, ministre soutenu par la majorité la plus conservatrice de la Cinquième République, qui aurait mené la politique la plus progressiste, tandis qu’il revient généralement au ministre socialiste Jean-Pierre Chevènement d’être présenté comme celui qui aurait « sifflé la fin de la grande récréation commencée en 1968 ».

Au mieux, l’investissement d’une personnalité politique dans le débat public aboutit à conforter la domination du paysage idéologique par l’affrontement récurrent sur le « pédagogisme », à travers la résurgence d’une de ses modalités, sur l’enseignement du latin ou le bien-fondé de la « méthode globale » d’apprentissage de la lecture. Interpréter les réformes à travers ce filtre paraît nécessaire à un monde intellectuel, politique et surtout médiatique, qui a besoin de cette querelle passionnée.

C’est que cet affrontement endémique, s’il traduit mal les enjeux des changements pédagogiques liés à la démocratisation, effective ou souhaitée, de l’enseignement, a une fonction identitaire forte pour un groupe social inquiet de l’évolution de sa place dans le champ intellectuel. Il permet aussi, pour un ensemble plus large d’acteurs de l’école, d’apporter des réponses à une angoisse diffuse relative à des transformations de l’école, déjà faites ou à venir, en tout cas redoutées car insuffisamment délibérées dans les canaux ordinaires de la réflexion pédagogique et politique.

Cette impossibilité de parler de l’école autrement qu’en termes passionnés n’est au fond qu’un symptôme, un indice de notre compréhension trop limitée des enjeux et des problèmes auxquels est confrontée une école qu’on voudrait croire définie et armée pour toujours. Plus que des polémiques et des anathèmes, la démocratisation est un projet qui requiert une réflexion plus approfondie des acteurs de celle-ci et, surtout, la définition d’un projet politique, d’un imaginaire qui pourraient seuls donner un sens à une telle réflexion.

Cela fera l’objet d’une conférence grand public lors du prochain « mercredi du CAREF », le 7 février, à 18 heures (Amiens, Logis du Roi).

Yann Forestier, agrégé et docteur en histoire contemporaine, CAREF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.