Quelques notions de psychologie sociale à travers trois super-héros

A la lecture de l’ouvrage de Jacques-Philippe Leyens et Vincent Yzerbyt, la psychologie sociale, des liens avec des super-héros de l’univers Marvel peuvent être établis. A la manière du livre La société des super-héros dans lequel Jean-Philippe Zanco aborde des notions d’économie, de sociologie et de politique à travers des super-héros de chez DC et Marvel, est ici proposée une vulgarisation de quelques notions de psychologie sociale s’appuyant sur l’histoire respective de Tony Stark, Peter Parker et Thanos [1], débouchant sur une réflexion sur l’enseignement.

Deux éléments peuvent rapprocher Tony Stark / Iron Man, Peter Parker / Spider-Man et Thanos :

– Un sacerdoce commun, sauver leur « univers » : son quartier, voire sa ville pour Peter Parker, le monde pour Tony Stark, l’univers (Marvel) pour Thanos.

– Une application rigoureuse du précepte de l’oncle de Peter Parker : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », après avoir (initialement) failli à ce précepte en refusant d’exercer certaines responsabilités par une utilisation de leur(s) pouvoir(s).

Ce refus initial trouve des explications dans la psychologie sociale.

Tony Stark : la diffusion de responsabilité

Pour Tony Stark, il s’agit de la diffusion de responsabilité. Ce phénomène a été mis en lumière par des expériences de Milgram.

L’une d‘elle pourrait se résumer ainsi :

deux hommes (un sujet et un complice du chercheur) doivent coopérer pour une expérience scientifique censée être centrée sur l’effet des chocs électriques sur les apprentissages. Le sujet doit proposer une liste de mots à un troisième homme, « l’élève » (lui aussi complice du chercheur), l’interroger sur cette liste de mots, puis indiquer l’exactitude des réponses de l’élève. En cas de mauvaise réponse, ce dernier se voit administrer un choc électrique (l’intensité des chocs augmentant de 15V à chaque fois). Le complice n°1 a pour mission de délivrer les chocs électriques. 92,5% des sujets testés sont allés jusqu’au bout de l’expérience (administration d’un choc électrique de 450V au deuxième complice, celui-ci demandant qu’on mette fin à l’expérience dès le choc de 150V, puis mimant une souffrance par la suite et un malaise aux plus fortes intensités).

En proposant un tel environnement, Milgram a mis en place un contexte de diffusion de responsabilité ; n’administrant pas eux-mêmes les chocs électriques, les sujets pouvaient se dédouaner, minimiser leur rôle dans ce qui peut être assimilé à une séance de torture.

Nous retrouvons une illustration classique (chez les marchands d’armes) de cette diffusion de responsabilité dans le film Iron Man de John Favreau au cours d’un passage dans lequel Tony Stark se défend de l’attaque d’une journaliste en affirmant qu’il n’est pas responsable de l’usage des armes qu’il fabrique et vend.

« (Journaliste)- On voit en vous le Léonard de Vinci du siècle.
(Tony Stark) – N’importe quoi, je ne suis pas peintre.
(journaliste)- Que pensez vous de votre autre surnom: « le marchand de mort » ?
(Tony Stark)- C’est pas mal. Mrs Brown, c’est un monde imparfait mais nous n’en avons pas d’autres. Je vous assure que le jour où la paix n’aura plus besoin des armes, je vendrai briques et mortiers pour hôpitaux pour enfants. »

Plus tard dans le film, Tony Stark se rendra compte que ces ennemis, des terroristes qui l’ont pris en otage et forcé à fabriquer une bombe, utilisent des armes fabriquées par Stark industries. Parallèlement, suite à cette prise d’otage, il fera le choix, en tant que PDG de son entreprise, de ne plus vendre et fabriquer d’armes.

Peter Parker : les normes de réciprocité

S’il est possible de lier le refus initial de Peter Parker d’utiliser son grand pouvoir à cette notion de diffusion de responsabilité — il aurait pu facilement arrêter un voleur passant devant lui, mais peut avoir estimé que le service de sécurité était là pour ce type d’intervention — la notion de normes de réciprocité semble plus appropriée pour expliquer cette scène du film Spider-Man de Sam Raimi [2]. Les normes de réciprocité renvoient à la loi du Talion : œil pour œil, dent pour dent. Selon Gouldner, suivre cette norme implique de se comporter avec les autres comme ils se comportement avec vous. Comme le montre Cialdini, cette norme de réciprocité est bien connue des démarcheurs commerciaux, qui savent l’utiliser pour maximiser leurs ventes.

Dans le film susmentionné, le jeune Peter Parker, venant de découvrir ses pouvoirs, cherche à faire fructifier ceux-ci en s’inscrivant à un combat de catch. 3000 dollars sont promis à celui qui vaincra le champion local. Peter, costumé et combattant sous le nom de scène de Spider-man, remporte la victoire, mais le promoteur refuse de lui remettre la récompense promise et se contente de lui donner une centaine de dollars.

« (Peter:) -I need that money.

(Promoter) – I missed the part where that’s my problem. »

En sortant du bureau du promoteur, Peter croise un homme qui braque le promoteur et s’enfuit sous les yeux de Peter, encore dans le couloir, qui n’intervient pas.

« (Promoteur) -You could’ve taken that guy apart. Now he’s going to get away with my money. »

(Peter) – I missed the part where that’s my problem. »

Thanos, la brebis galeuse ou la sur-exclusion de l’endogroupe

L’histoire de Thanos présentée dans le film Infinity War de Joe et Anthony Russo offre un super vilain avec une personnalité assez complexe. Loin d’être un psychopathe cherchant à se venger de la société en appliquant la loi du Talion, il est posé, méticuleux, calme, réfléchi ; son intelligence n’est pas accompagnée des signes extérieurs d’une folie profonde.

Thanos. avait prédit que sa planète natale, Titan, courrait à sa perte si la population n’était pas régulée, car une sur-population dans un monde dont les ressources sont limitées entraîne famine, guerre et destruction. Il a été traité de fou et sa prophétie s’est réalisée. Il se considère comme un survivant.

Pensant que l’univers risque de connaître la même fin que Titan, Thanos a décidé d’agir (cette fois-ci ?) en se procurant une arme (le gant de l’infini et les pierres d’infinités) lui permettant de réguler l’univers (en supprimant la moitié des êtres vivants de celui-ci).

Ce que nous savons du Thanos du MCU, l’univers cinématographique Marvel (qui est commun au MCU et aux comics) est qu’il est né différent de ses semblables, difforme par son visage sillonné, avec une couleur de peau ne correspondant pas à celle de son espèce. Son cas permet d’illustrer la notion de sur-exclusion de l’endogroupe.

L’endogroupe peut être défini à partir du point de vue d’un individu : c’est le groupe d’appartenance auquel un individu s’identifie (par exemple : je peux m’identifier au groupe des élégants porteurs de moustache ou des cyclistes). Par opposition, du point de vue de ce même individu, l’exogroupe correspond aux individus catégorisés comme ne faisant pas partie du groupe d’appartenance d’un individu, groupe auquel celui-ci ne s’identifie pas (par exemple : ces affreux barbus ou les gens qui se déplacent en trottinette).

La sur-exclusion de l’endogroupe se manifeste par les réticences qu’ont les individus à considérer que d’autres individus fassent partie de l’endogroupe, celui-ci étant une sorte de cercle « fermé », qui doit éviter d’être infiltré par des membres qui feraient perdre de la valeur au groupe.

D’après une étude de Marques et ses collègues, lorsque le comportement à évaluer est positif, le membre de l’endogroupe est toujours mieux jugé que celui de l’exogroupe. Par contre, lorsque le comportement à évaluer est négatif, le membre de l’endogroupe responsable du comportement déviant est jugé avec plus de sévérité que le membre de l’exogroupe (à l’origine du même comportement déviant). Le déviant de l’endogroupe est considéré comme une brebis galeuse ; cela permet de protéger l’endogroupe et l’image positive de celui-ci. Avant que la civilisation sur la planète Titan ne disparaisse, Thanos fut cette brebis galeuse. Peut-être le fut-il de sa naissance à la disparition de son endogroupe. Etant donné le choix radical fait par Thanos pour sauver l’univers de sa destruction, il est fort probable qu’il se sente responsable de la destruction de son espèce, regrettant de ne pas avoir fait plus.

Illusion de détermination

Comme indiqué en introduction, c’est à partir de leur expérience traumatisante respective que nos trois héros ont basculé dans une posture de sauveur.

Tony Stark décide de mettre fin à la production et à la vente d’armes de Stark Industries, puis parallèlement il devient alors véritablement Iron Man, cherchant à sauver le monde par divers moyens à sa disposition (économiques, technologiques, super-héroïques) allant même jusqu’à affirmer (dans le film Iron Man 2) : « J’ai réussi à privatiser la paix mondiale ».

Peter Parker prend ses responsabilités et devient Spider-Man pour faire en sorte que les drames tels que la mort de son oncle ne se reproduisent plus dans sa ville.

Thanos échafaude un plan pour sauver l’univers et éviter que la tragédie de Titan ne se reproduise à une plus grande échelle.

Ainsi, ces trois sauveurs se retrouvent à nouveau, dans ce que Wortman nomme l’illusion de détermination. Cette dernière a été observée chez des individus victimes d’une catastrophe ou d’un traumatisme. Ceux-ci ont tendance à produire des réactions internalisantes vis-à-vis de ces chocs, en s’attribuant la responsabilité du choc subi. Cette notion est à rapprocher de celle d’illusion de contrôle : individus qui se persuadent qu’ils peuvent influencer le hasard (par exemple gagner à la loterie ou à des paris sportifs) par divers moyens sur lesquels ils ont prise (e.g. leur intelligence, leur dextérité, leurs efforts).

En se persuadant de leur responsabilité dans leur expérience traumatique, Tony Stark, Peter Parker et Thanos pensent qu’ils ont le pouvoir de ne pas revivre de telles catastrophes. Ils trouvent là un moyen de se rassurer par l’illusion qu’ils auraient une emprise sur ce qu’il se passe dans leur vie.

Réflexion(s) autour de l’enseignement

Selon Philippe Meirieu, la pédagogie affirme, en même temps, que tous les élèves peuvent apprendre et que nul ne peut contraindre un élève à apprendre. Meirieu insiste sur la nécessité du en même temps et met en garde contre ceux et celles qui défendraient une affirmation contre l’autre et basculeraient dans deux extrêmes ou oscilleraient de l’un à l’autre. Le premier extrême correspond à une posture « fataliste » selon laquelle nul ne peut forcer un élève à apprendre et tant pis pour ceux qui n’y arrivent pas ou ne veulent pas. Nous pouvons la rapprocher de la notion de diffusion de responsabilité. Un enseignant dans cette posture se dédouanerait (pour protéger son estime de soi ?) de sa responsabilité dans l’échec ou les difficultés rencontrées par certains de ses élèves. Le second extrême renvoie à une posture volontariste, teintée d’autoritarisme : « Tous les élèves peuvent apprendre et tous les moyens sont bons pour y parvenir … ». Une telle posture entre en contradiction avec l’éthique de tout enseignant. Elle semble favoriser le développement de la soumission chez les élèves, au risque d’en faire plus tard des adultes prêts à entrer facilement dans un état agentique. Selon Milgram, c’est un état dans lequel se placent des individus qui se considèrent comme étant de simples exécutants ne se préoccupant plus des conséquences de leurs actes (nous sommes proches de la notion de diffusion de responsabilité).

Une autre réaction des élèves pourrait être l’entrée dans un cercle vicieux en lien avec la norme de réciprocité. Un environnement malsain et défavorable aux apprentissages et au bien-être des apprenants en découlerait : des relations froides et distantes entre enseignant et élèves (les élèves se comporteraient avec l’enseignant comme lui se comporte avec eux).

Les travaux sur les styles pédagogiques des enseignants menés par Reeve et ses collaborateurs nous proposent des pistes pour entrer dans un cercle vertueux via un style soutenant les besoins des élèves. Ils ont montré les bienfaits de ce style par rapport à un style contrôlant. Ce dernier (sans correspondre totalement à la posture mentionnée plus haut, peut s’en rapprocher) est défini par une faible liberté laissée aux élèves considérés comme des exécutants, des rapports froids et distants, voire hostiles entre l’enseignant et les élèves. Au contraire, le style soutenant les besoins correspond à un enseignant laissant une grande marge de liberté aux élèves (dans un cadre structuré et bien défini), ainsi qu’une relation entre l’enseignant et ses élèves basée sur l’écoute, la bienveillance, l’empathie, la disponibilité. Sarrazin et ses collègues soulignent que malgré les bienfaits de ce style, peu d’enseignants ont conscience de ce à quoi il correspond (le confondant avec une forme de laxisme) et la plupart d’entre eux ont recours, spontanément, à un style contrôlant. Par exemple, ils s’appuient sur les menaces et les récompenses pour (sou)mettre les élèves au travail.

Revenons au cercle vicieux qui pourrait être engendré par une posture volontariste et autoritariste. Parallèlement à la dégradation des relations enseignant-élèves, les relations entre élèves pourraient également se détériorer. Deux groupes seraient générées par la posture susmentionnée. Un groupe serait composé de ceux et celles pour qui l’enseignant n’impose pas de contraintes trop lourdes, car leurs facilités à l’école favorisent leurs apprentissages. Ceux et celles qui subissent pleinement les moyens coercitifs mis en place par l’enseignant pour les forcer à apprendre composeraient l’autre groupe. Les travaux sur l’endogroupe et l’exogroupe (la sur-exclusion de l’endogroupe laisse penser qu’en imposant deux groupes par l’environnement que l’enseignant met en place, ce dernier favorise des relations conflictuelles entre ses élèves (groupes d’élèves). Combinées aux normes de réciprocité orientées négativement (la loi du Talion), les relations au sein de la classe semblent bien éloignées de celles attendues dans un environnement favorisant le bien-être, le développement et les apprentissages des élèves. Un détour par la leçon de discrimination d’une enseignante québecoise [3] donne une idée de ce que peut donner la création (artificielle) au sein d’une classe de deux groupes « inégaux ».

Julien Moniotte (UPJV-CAREF)


[1] Les profanes pourront, s’ils le souhaitent, se familiariser avec l’univers Marvel et/ou sur l’histoire de Peter Parker /Spider-Man à partir des liens suivants :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Univers_cin%C3%A9matographique_Marvel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Spider-Man_(film)

[2] Notons que ce film est antérieur à la création du MCU et par conséquent n’en fait pas partie. Néanmoins, ce passage sur la mort de l’oncle de Peter Parker ne semble pas incohérent par rapport au MCU.

[3] Site du CORTECTS : https://cortecs.org/materiel/psycho-sociologie-la-bouleversante-lecon-de-discrimination-dannie-leblanc/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.