Subjectivité et marginalités dans les expériences d’apprentissage, XVIIIe-XXIe siècles

Subjectivité et marginalités dans les expériences d’apprentissages est le titre d’un colloque organisé à l’Université de Picardie Jules-Verne (UPJV, Amiens), le 29 novembre 2018, par le CAREF (Jean-Luc Guichet, CAREF/UPJV/ESPE Beauvais) en partenariat avec le CIREM16-18 (Thierry Belleguic, Université Laval, Québec). 

L’idée de ce colloque était de réfléchir sur les aspects et contenussubjectifs des expériences d’apprentissage prises au sens large, c’est-à-dire pouvant concerner les apprentissages en cadre institutionnel ou aussi bienautodidactes ou informels et apparemment « hors-normes ». Quesignifie apprendre du point de vue du sujet ? Quelles économies émotionnelles, relationnelles, décisions intimes, déplacements, renoncements peut-être, s’opèrent alors ? Et quelle est la manière dont le sujet se relate àlui-même cette expérience ? Inévitablement, une expérience en nom propre s’écarte par son irréductible singularité des chemins balisés et porte toujours une potentialité de remise en question. Et cela d’autant plus si cette expérience se signale par sa marginalité, qu’il s’agisse d’un handicap avéré, d’un positionnement social, d’un choix idéologique ou simplement d’un trajet original de vie ou de démarche, tant il est vrai que cette marginalité doit se conjuguer au pluriel. Mais, en même temps, apprendre est toujours accepter l’idée d’une norme dont on ne décide pas et au contraire que l’on intègre en limitant une part de sa liberté de sujet. C’est ce jeu entre liberté subjective, écart critique et normalisation qu’il s’agissait d’explorer.

La palette des communications s’est révélée très variée. Dans la première session – Subjectivités et expériences de marginalité – présidée par Jean-François Goubet (RECIFES,Université d’Artois/ESPE LilleNord-de-France), Alain Panero (CAREF/UPJV/ESPE Laon) a examiné la question du sujet dans l’expérience de Fernand Deligny avec des jeunes autistes, concluant à une « inclusion sans apprentissage » d’enfants dont la subjectivité a, d’une certaine manière, fait sécession. Louise Ferté (RECIFES,Université d’Artois, ESPE LilleNord-de-France) a confronté différentes lectures de l’expérience pédagogique de Jacotot au XIXe siècle, montrant comment celle de JacquesRancière pouvait être réinterrogée par d’autres moins connues comme celle de Claudio Matte (Chili) à la fin du XIXe siècle. Thierry Belleguic (CIREM16-18, UniversitéLaval, Québec), prenant appui sur quelques exemples célèbres dans lalittérature (Montaigne, Rousseau…), a mis en évidence le lien entre apprentissage et accident, montrant comment le désir d’apprendre chez le sujetpeut s’enraciner dans une expérience décisive de crise et de rupture.

La deuxième session – Résistances– présidée par Thierry Belleguic s’est centrée sur les différentes façons dontles sujets peuvent refuser de coopérer avec un projet éducatif qu’ils jugent ouressentent comme excessivement normalisateur, voire aliénant. Jean-Luc Guichet,examinant le cas célèbre de Victor de l’Aveyron, a proposé une réflexion sur la manière dont une éducation procédant de manière extrêmement méthodique, voire scientifique, pouvait cependant faire l’impasse sur la subjectivité elle-même, moteur irremplaçable du processus d’apprentissage. Yuji Sakakura (AJREF, Université Waseda, Tokyo), pour sa part, prenant l’exemple du Japon, a montré comment le phénomène actuel de la mondialisation érodait systématiquement l’éduco-diversité, conduisant ainsi à un appauvrissement de la richesse culturelle et subjective des formes d’apprentissage.

Après cette matinée, la troisième session – Mettre en mots l’expérience d’apprentissage – présidée par Véronique Kannengiesser (CAREF/UPJV/ESPE Amiens) a interrogé le lien entre apprentissage dessujets et langage, lequel, loin de se réduire à une forme, se révèle une matrice première. Philip Knee (CIREM16-18, Université Laval, Québec) aanalysé dans l’œuvre littéraire de Sainte-Beuve l’expérience fondamentale de l’échec, ressort d’apprentissage quise révèle également pertinent au plan politique pour éclairer certains enjeuxde la démocratie naissante. Marie-Claude Bernard (CRIRES/Université Laval, Québec), prenant appui sur les récits de vie, a mis en lumière la facesubjective de l’échec scolaire lié à des expériences d’injustice dans l’interactionentre élèves et enseignants. Enfin, Alain Firode (RECIFES, Université d’Artois/ESPE Lille Nord-de-France) a analysé l’importance première du langage dans l’expérience éducative livrée par Condillac dans son Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme.

La quatrième et dernière session – Expériences institutionnelles – présidée par Alain Maillard (CAREF/UPJV/ UFR SHS) a prolongé la thématique ducolloque sur les terrains cette fois institutionnels. Ainsi, Julien Cahon (CAREF/UPJV/ESPE Beauvais) a rendu compte de l’expérience des collèges intégrés en France (1967-1986), politique éducative réinterrogeant les modèles pédagogiques et organisationnels et par là enfermée dans une certaine marginalité. Véronique Kannengiesser a traité de l’entrée à l’école maternelle,moment décisif d’institutionnalisation possible du sujet au-delà de lafabrication de l’élève. Enfin, Jocelyne Kiss (CRIRES/Université Laval, Québec) a analysé les nouveaux enjeux portés par l’apprentissage en ligne, entre l’utopie de l’interaction et l’exemplarité de l’effet de « vicariance ». Au total, un colloque très riche et très divers dont les interrogations, loin d’avoir été épuisées, chercheront un second souffle avec un colloque prévu à l’Université Laval au Québec en avril 2020.

Jean-Luc Guichet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.