Du pubertaire au génie adolescent

La période de l’adolescence a été étudiée par un ensemble d’auteurs, notamment à partir de cas cliniques, dans des rencontres et regroupements permettant des échanges conceptuels denses autour des questions psychopathologiques. En ce qui me concerne, la théorisation de Philippe Gutton a été une source d’inspiration pour mon travail de recherche en clinique de l’adolescence. Philippe Gutton, psychiatre, psychanalyste et professeur émérite de l’université de Paris 7 a introduit un nouveau paradigme en psychanalyse avec sa thèse de base du « pubertaire ». Pour lui, l’adolescence n’est pas seulement une reprise de l’infantile. L’adolescence est une période de refondation de soi, une « recherche de solution permettant d’assurer le sentiment continu de l’existence tout en intégrant la nouveauté pubertaire » (Gutton, 1997, p. 199). Il a élargi la voie ouverte par Évelyne Kestemberg et Pierre Mâle et il a été artisan de la conceptualisation de l’adolescence comme processus de création. Dans son ouvrage Le génie adolescent, il présente le processus intrapsychique qui habite l’adolescent comme « un acte de création ». Pour lui « le concept de création » décrit un itinéraire, un cheminement incertain, « dont l’aventure peut être comparée à celle du sculpteur qui avec marbre et marteau, animé par des images directrices en grande part inconscientes, crée la statue qu’il veut et la propose aux échanges des humains » (Gutton, 2008, p. 44).

C’est sur la notion de « création de soi » que je souhaite m’arrêter un instant. Selon P. Gutton, « le travail de création pubertaire bouleverse la donne de façon imprévisible et notamment le fonctionnement psychique assuré par le moi et le surmoi, idéal du moi » (Gutton, 2008, p. 19). L’expérience de l’adolescence active deux processus « qui permettent d’en ajuster la dialectique interne : la sublimation dont résulte l’originalité et l’idéalisation qui rend possible le partage » (Ibid., p. 20). La sublimation est « cet affect qui qualifie les liens interactifs existants entre le corps pubertaire, lequel renonce à ses satisfactions immédiates, et les expressions particulières, personnelles, que la psyché secrète grâce à l’énergie issue de ce renoncement » (Ibid., p. 20). Selon cet auteur, l’idéalisation, processus constitutif de l’expérience de création « est proche de la sublimation par la similitude des situations dans lesquelles elle intervient ; en revanche, elle ne travaille pas sur la force pulsionnelle pour la dériver, mais sur l’objet même de la pulsion » (Ibid., p. 20). Ces deux processus sublimation et idéalisation interviennent lors de l’expérience adolescente, l’un du côté de l’originalité de cette création, l’autre dans la rencontre avec l’autre pour contribuer à rendre cette « originalité partageable ».

Philippe Gutton ancre sa nouvelle thèse à partir de la création artistique déjà théorisée par des psychanalystes comme D. Anzieu et M. de M’Uzan. Il reprend à son compte « 3 états » dans le parcours de l’artiste transposé sur la création adolescente : « Créer, c’est d’abord éprouver » ; « Créer, c’est ensuite partager des représentations » ; et « Créer, c’est s’identifier par un travail de sublimation ». Ainsi créer, pour l’adolescent, « c’est s’identifier par un travail de sublimation ». Dans cette complexité créative « entrent en dialectique les idéaux issus du passé (infantile) qui jouent le rôle d’amorce de la sublimation pubertaire et les idéaux secrétés par la sublimation elle-même » (Ibid., p. 21). L’histoire infantile a auparavant fabriqué, au fil des premières années, des objets idéalisés, fondamentaux pour l’organisation psychique. Lorsque la puberté débute, ceux-ci se sont condensés et organisés pour constituer une instance particulière : « l’idéal du moi ou, mieux, l’idéal du sujet », « cette instance […] composée d’images de savoir, de savoir-faire, voire de théories qui s’alimentent les unes aux autres ; […] est constituée de représentations investies comme des modèles à réaliser » (Ibid.). L’adolescent se sent tiraillé par les idéaux parentaux, ceux qu’il rencontre en dehors de son groupe familial ainsi que les idéaux qu’il fabrique à partir de ses propres interprétations de son environnement. Il tente de les unifier, en d’autres termes de les « introjecter ». D’où « une quête d’autoportrait » même incomplète qui s’impose à lui.

Pourquoi je me suis intéressé particulièrement au travail de Philippe Gutton ? En effet, au travers de ces développements récents, il propose de penser le lien entre adolescence et société. Pour moi, je soutiens que la compréhension de l’adolescent contemporain s’opère dans la double dimension de sa subjectivité singulière et de son appartenance groupale, familiale et sociétale. Cette visée compréhensive permet d’identifier la manière dont l’adolescent accomplit le travail d’élaboration de son identité en intégrant progressivement les différentes dimensions qui y contribuent (environnement familial, groupal, institutionnel, sociétal) dans une construction suffisamment solide et homogène, que je nomme dans la filiation aux travaux de P. Gutton, un travail de « création de lui-même ». D’où notre questionnement de recherche : quels sont les mécanismes psychiques à l’œuvre dans cette création ? Comment peut-on les identifier et comment se manifestent-ils ? Comment sont-ils accueillis les adolescent.e.s dans leur force de vie ? Mes travaux de recherche sur l’adolescence contemporaine et l’environnement que je qualifie de plus en plus d’environnement incertain (kattar, 2011, 2012, 2016, 2018) m’ont permis d’identifier la double menace à la fois interne et externe qui pèse sur leur construction identitaire en la complexifiant. En conséquence, les situations de survie au quotidien dans lesquelles sont assignés à vivre certain.e.s adolescent.e.s font obstacle à leur accès à une « aire d’expérience intermédiaire », au sens de D.W. Winnicott, leur permettant d’apprendre à « traiter » intérieurement les éléments pulsionnels qui peuvent les envahir, avant de les extérioriser sous une forme qui puisse être recevable pour autrui.

Aujourd’hui, il me semble important de comprendre, au-delà de l’analyse des éprouvés des adolescents, l’impact des caractéristiques actuelles de leur environnement sur leur construction identitaire. Il ne s’agit pas pour moi au travers ces recherches compréhensives de contribuer précisément à faire émerger des nouvelles pathologies adolescentes, mais plutôt de proposer des hypothèses sur la position possible des professionnels enseignants, éducateurs, conseillers principaux d’éducation ou animateurs socio-culturels dans leur accompagnement de ces adolescents. En effet, la présence des professionnels dans ces environnements renforce et soutient leur construction identitaire adolescente. Celle-ci ne peut s’effectuer sans un « personnage tiers » – au sens d’Évelyne Kestemberg (1999) – qui permet le partage de l’expérience créative, ou d’« un sujet parental » au sens de P. Gutton « qui ne soit ni le père, ni la mère, car ces derniers peuvent réactiver des processus tels que la séduction, le refoulement ». En effet, « ce personnage tiers […] est à la fois source et récepteur de processus affectifs, qui permet au sujet adolescent de transférer et d’interpréter la métamorphose psychique qui est en cours. C’est […] moins le témoignage de l’œuvre en cours que sa reconnaissance et sa mise en sens par l’interprète qui importe » (Gutton, 2008, p. 173).

Introduire un tiers vient renforcer les assises narcissiques et différencier les relations avec autrui. Pour moi, il s’agit alors d’accompagner ces professionnels à construire des espaces transitionnels et à investir une « clinique éducative » [1] au sens de Joseph Rouzel basée sur « l’accroche » et l’écoute des processus à l’œuvre dans la création adolescente.

Pour conclure, je souhaite souligner que ma préoccupation est de comprendre comment l’adolescent pris dans cette articulation entre le dedans et le dehors, arrive à prendre appui sur les adultes qui l’entourent quand cet environnement de réalité externe se dérobe, peut devenir extrêmement conflictuel et violent et qu’il est traversé par une crise du symbolique. Comme l’écrit N. Geissmann : « Il serait présomptueux donc de négliger ce facteur […] qui s’invite dans nos recoins les plus intimes » (Geissmann, 2011, p. 31). En utilisant la notion de processus, on admet qu’il y a des moments où l’adolescent.e se fragilise pendant ce temps de « création de soi », où il peut y avoir des risques de rupture. Ces moments, pouvant déboucher sur des ruptures, sont pour nous des symptômes et ne dessinent pas des traits identitaires figés de ces adolescents. Dire cela affirme notre refus de la stigmatisation de ces adolescent.e.s et c’est faire un choix qui considère que la grande majorité de ces adolescent.e.s ne sont pas déviants même s’ils posent des actes transgressifs. Leurs actes sont à entendre comme souffrance difficile à élaborer, donc à conflictualiser.

Antoine Kattar (UPJV, CAREF)

 


[1] Joseph Rouzel définit la clinique éducative « comme une clinique du sujet désirant [qui] s’oppose de fait à tout type de prise en charge de masse. Travailler avec le sujet, c’est travailler au cas par cas, en écoutant les dires de chacun, et selon des modalités de rencontre à chaque fois renouvelées, mais dont les principes sont bien repérés. » In Rouzel J. (2000). Le travail d’éducateur spécialisé. Paris : Dunod, 1ère édition 1997. p. 19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.