Pratiques numériques adolescentes et régulations parentales

Les outils numériques font aujourd’hui partie intégrante de la culture juvénile. Selon Sylvie Octobre (2014), « Les jeunes ont toujours figuré parmi les moteurs de diffusion des nouvelles formes de culture, notamment technologiques, puisqu’ils sont toujours les mieux équipés et les plus utilisateurs des nouveautés successives : depuis les années 1980, la révolution de la hi-fi puis de l’enregistrement (avec les supports vidéo et audio imprimables), l’explosion de l’offre radiophonique puis télévisuelle, le développement de matériel ambulatoire et individualisé (baladeur, MP3 puis MP4, smartphone, tablette, etc.) se sont opérés grâce aux jeunes. » (Octobre, 2014, p. 71).

En effet, les recherches montrent une forte implication des jeunes dans les pratiques numériques et les taux d’équipement ne cessent d’augmenter chaque année[1]. Ce billet – issu d’une communication aux mercredis du CAREF – s’intéresse aux pratiques numériques des adolescents et aux régulations parentales à domicile. Les données s’appuient essentiellement sur les résultats de l’ANR INÉDUC (Inégalités éducatives) dont l’objectif scientifique était d’étudier les parcours éducatifs des adolescents âgés de 13 à 15 ans[2]. Ce texte se compose de deux parties. La première dresse un panorama des pratiques numériques des adolescents et montre en quoi les appareils numériques constituent un marqueur fort d’appartenance à la culture juvénile. La seconde interroge le rôle que jouent les parents dans la régulation des pratiques numériques à domicile.

Des activités numériques communes et des pratiques différenciées

Les adolescents utilisent les appareils numériques pour développer la plupart de leurs activités quotidiennes. Nous pouvons classer ces activités en trois catégories : communiquer (par sms, sur les réseaux sociaux, via la messagerie instantanée) ; se distraire et se divertir (jouer aux jeux vidéo, regarder des vidéos sur internet, écouter de la musique) et enfin s’informer et se documenter. Au delà de ces catégories d’usages, les adolescents partagent plusieurs activités communes parmi lesquelles :

  • L’écoute musicale, principalement sur leur smartphone et sur youtube ;
  • La visualisation d’images et de vidéos sur différents supports, plus particulièrement sur la télévision ou le smartphone. Les contenus regardés sont ensuite extrêmement variables en fonction du genre ou de l’origine sociale même si les séries et les émissions de téléréalité (spécifiquement juvéniles) restent les genres de programmes les plus fréquemment cités par les adolescent.e.s. Ensuite, les filles regardent davantage de séries que les garçons qui regardent davantage de dessins animés. La visualisation de vidéos sur les plateformes de streaming est une pratique courante en lien avec la hausse des équipements mobiles et leur présence sur les réseaux sociaux ;
  • La communication. Les technologies apparaissent comme des supports de communication entre pairs en particulier à travers les usages qu’ils font du SMS et des réseaux sociaux. Les adolescents développement des formes phatiques de la communication dont l’objectif est avant tout de rester en lien avec les pairs. Ils développement également des formes plus expressives de communication où il s’agit de se mettre en scène, de se raconter et d’exprimer ses sentiments et ses émotions.

Si les adolescents sont désormais fortement équipés et font usage des appareils numériques quotidiennement, ils ne constituent pas une catégorie homogène pour autant. Il existe en réalité – au sein d’une même classe d’âge – une variété importante de pratiques et de types de contenus qui sont regardés ou écoutés. Les tableaux suivants illustrent quelques unes de ces différences :

Répartition des activités les plus fréquentes selon le sexe

Activité Filles Garçons
Recherches scolaires 44,9% 33,7%
Mail 45,9% 37,5%
Communiquer sur les réseaux sociaux 67,5% 63,5%
Regarder des vidéos 64,5% 75,8%
Jouer aux jeux vidéo en ligne 25,2% 60,7%

Répartition selon l’origine sociale

Activité / Équipement Milieu défavorisé Milieu favorisé
Recherches scolaires 48,5% 38,5%
Mail 37,3% 19,7%
Accès aux consoles dans la chambre 12,7% 14,6%
Accès à la TV dans la chambre 7,1% 15,2%

Ces deux tableaux montrent une certaine hétérogénéité des pratiques numériques des adolescents : des différences sont par exemple observables selon le genre ou l’origine sociale. Plusieurs travaux en sociologie des usages (Jouët, 2000, Granjon, Lelong et Metzger, 2009) ont montré que les technologies ne diffusent pas dans un « vide social » mais dans un monde peuplé d’individus qui entretiennent des rapports complexes vis-à-vis des technologies. Par conséquent, l’histoire personnelle des individus, leurs représentations des technologies numériques, leurs caractéristiques sociales et culturelles, leur éducation et leur héritage familial sont autant de facteurs qui révèlent des modalités d’appropriation des technologies différentes qui s’ancrent dans des expériences singulières. Par conséquent, il n’existe pas d’appropriation commune des technologies et l’idée selon laquelle il existerait une génération de « digital natives » qui serait dotée de capacités et de compétences numériques innées est à déconstruire.

Des inégalités

Les recherches sur les pratiques juvéniles ont montré que, quand bien même les adolescents fréquentent assidument internet et expriment une certaine aisance à manipuler ces outils, des inégalités profondes persistent. Ces inégalités sont souvent le reflet des inégalités de capitaux (culturel, social), de capacités et de compétences à se saisir des outils numériques et à appréhender leurs usages. Anne Cordier (2015) montre par exemple que les collégiens ne savent pas tous formuler leurs requêtes pour rechercher une information claire et précise sur internet. Elle souligne la pauvreté du vocabulaire employé chez certains adolescents sur les moteurs de recherche et la difficulté à trouver l’information dans un environnement numérique vaste et abondant. Elle montre aussi que certains d’entre eux développent une vraie compétence en matière de recherche d’information qui a probablement été héritée des familles. De son côté, Sophie Jehel (2016) souligne les difficultés auxquelles sont confrontés les lycéens de milieux populaires dans la recherche d’information et dans le tri qu’ils doivent opérer face à la prolifération des informations accessibles sur les réseaux sociaux, qui relaient aujourd’hui une part importante de « fake news ». Elle montre que ces adolescents sont parfois perdus entre des contenus de sources très hétérogènes et expriment des difficultés à hiérarchiser, à trier et à évaluer l’information.

Ainsi, des inégalités persistent, y compris au sein d’une même classe, ce qui soulève des enjeux éducatifs forts dans la mesure où l’apprentissage de ces outils est loin d’être intuitif. Dans ce contexte, une « éducation au numérique » doit permettre – entre autres – aux adolescents de comprendre le fonctionnement des technologies numériques, de saisir les logiques de marchandisation et de réutilisation des données personnelles ou d’être capable de gérer leur identité en ligne.

Les régulations parentales

Les résultats de la recherche INÉDUC ont montré que le domicile apparaissait comme le principal lieu de connexion, de découverte et d’apprentissage d’internet (66,8% des répondants) loin devant l’école (9,8%) et autres lieux de sensibilisation aux usages d’internet tels que les médiathèques ou bibliothèques (1,2%). Les adolescents découvrent donc internet et apprennent à l’utiliser principalement chez eux, avec leur famille (parents, frères et sœurs). Par conséquent, on peut s’interroger sur le rôle des parents à éduquer leurs enfants au numérique et à les accompagner dans leurs pratiques pour qu’ils deviennent des utilisateurs éclairés et responsables de leurs usages. Mais cette éducation s’avère délicate…

En 2015, Anne Barrère parlait de familles « mises à l’épreuve » pour évoquer les inquiétudes communes quant à la capacité des parents à réguler les activités numériques de leurs enfants, en lien avec la réussite scolaire. Elle a mis en évidence les obstacles auxquels se heurtent aujourd’hui certains parents dans leur action éducative, à l’heure où les adolescents sont de plus en plus équipés d’appareils mobiles et personnels. Ces outils offrent aujourd’hui la possibilité de se connecter en dehors du domicile et de façon instantanée, ce qui entrave les possibilités de contrôle des parents.

Plus récemment, le travail de Fontar, Grimault-Leprince et Le Mentec (2018) visait à comprendre comment le numérique s’intègre et se négocie en famille. Les résultats montrent que peu de parents interrogés échangent avec leurs enfants sur le fonctionnement des algorithmes ou sur la réutilisation des traces laissées sur internet et les réseaux sociaux, qui pourraient entrer dans le cadre d’une « éducation au numérique ». L’éducation se focalise essentiellement sur la régulation des activités en ligne de leurs enfants à une période où les adolescents cherchent à s’autonomiser et à s’émanciper du contrôle parental.

La recherche souligne d’abord le rapport ambivalent que les parents entretiennent vis-à-vis des technologies numériques : par exemple, les activités numériques sont plus fréquemment mal perçues que d’autres types de loisirs comme les vacances, le sport, l’art ou la culture. Dans les témoignages recueillis, les activités numériques (qui sont souvent pratiquées en intérieur) doivent être compensées par des activités extérieures qui, selon les familles interrogées, sont plus propices à la décompression et à l’épanouissement. Mais de façon paradoxale, les parents perçoivent l’ordinateur et internet comme des supports utiles et favorables à la réussite scolaire. Finalement, les parents opposent un internet « formateur » dans ses usages informationnels et documentaires à un internet distrayant – voire abêtissant – dans ses usages divertissants (jeux vidéo) et communicationnels (réseaux sociaux) qui sont jugés peu favorables à la réussite scolaire. Pour les parents, les appareils numériques sont des moyens de pression pour motiver ou contraindre leurs enfants à s’investir scolairement.

Des contraintes

Si l’encadrement des pratiques numériques constitue aujourd’hui un objectif éducatif majeur pour les parents rencontrés, les familles sont aussi contraintes dans l’exercice de cette mission. Par exemple, les enfants sont parfois seuls au domicile lorsqu’ils rentrent de l’école ou encore le mercredi après-midi, et les parents s’interrogent sur le respect des règles qu’ils ont fixées notamment en ce qui concerne le rapport écran/devoir. Cette problématique traverse tous les milieux sociaux puisqu’elle se pose aussi bien pour des parents avocat.e.s qui terminent tard le soir ou pour des assistant.e.s à domicile qui ont parfois des horaires décalés. Leurs conditions de travail leur permettent rarement de savoir si le cadre qui a été posé est respecté et de contrôler les pratiques numériques de leurs enfants lorsqu’ils sont seuls au domicile.

Une deuxième contrainte est liée à la pression que subissent les parents, particulièrement pour les jeux vidéo et le téléphone mobile. Le fait que les supports (notamment les consoles de jeux vidéo et les téléphones mobiles) se normalisent à l’adolescence conduit les adolescents à exercer une pression – soutenue par les pairs – sur leurs parents pour obtenir le dernier appareil à la mode. Les parents expriment alors des difficultés à faire face au poids des industries culturelles et à l’effet de normalisation de certains équipements et usages spécifiques à la culture juvénile et à la pression subie.

Les régulations vont alors se structurer à partir des objectifs éducatifs des parents, de leurs représentations des technologies numériques et des contraintes auxquelles ils font face. La recherche révèle quatre dimensions que les parents régulent que sont les équipements, les temps d’écran, les espaces de connexion et les contenus.

Les équipements

Comme évoqué précédemment, la possession d’objets numériques tels que le smartphone, la console de jeux vidéo ou encore la tablette est un signe distinctif de l’adolescence. C’est à travers ces objets que les adolescents communiquent entre eux et développent la plupart de leurs activités culturelles (jeux vidéo, écoute musicale, visualisation de séries, films et autres vidéos). Cependant, cette mise en conformité est contrainte par une absence d’autonomie financière et dépend donc de l’accord des parents. L’équipement est dépendant du capital socio-culturel et économique des parents et s’organise généralement selon un calendrier des âges qui varie en fonction des familles.

La question de l’équipement se pose surtout pour le smartphone qui est le support permettant de développer la plupart des activités numériques juvéniles (communiquer, jouer, regarder des vidéos, écouter de la musique). Si certains parents résistent, d’autres équipent parfois dès l’entrée au collège pour des raisons de sécurité. En effet, les parents souhaitent pouvoir être en mesure de joindre leurs enfants et être informés des déplacements quotidiens de leurs enfants pour être rassurés. Cette volonté d’équipement a aussi son revers car les parents savent qu’en équipant leurs enfants d’un smartphone, l’appareil permet aussi d’accéder à des contenus peu adaptés à leur âge et de se connecter aux réseaux sociaux, souvent considérés comme un territoire à risque.

Les temps d’écran

Le temps passé devant les écrans est la deuxième dimension que les parents régulent. Il apparaît aussi comme la principale source de conflit entre parents et adolescents en raison du fait que le temps dédié aux activités numériques vient concurrencer celui réservé au travail scolaire. La gestion du temps est alors liée au jugement que portent les parents sur les capacités d’autorégulation de leurs enfants.

Ainsi, certaines familles font confiance à leurs enfants et contrôlent faiblement les temps de connexion. Dans d’autres familles, le contrôle est plus strict ; les parents utilisent des outils de contrôle parental et comptent minutieusement le temps passé devant les écrans : on retrouve plus souvent ce type de régulation dans les familles favorisées.

Certaines familles expriment des difficultés à réguler les temps de connexion et adoptent plutôt un « laisser-faire ». Les parents ne parviennent pas à gagner la guerre face à leurs enfants et « cèdent » plus facilement à la pression adolescente. Mais la plupart des familles adoptent un contrôle souple basé essentiellement sur les heures d’endormissement. La gestion du temps s’exerce alors au fil de l’eau et peut varier en fonction des périodes : le temps d’écran est souvent plus limité en semaine pour répondre aux exigences scolaires que le week-end ou les vacances scolaires.

De façon générale, l’enquête montre les temps d’écran sont davantage régulés dans les familles favorisées que dans les milieux défavorisés.

Les espaces de connexion

La gestion des espaces de connexion révèle des modalités de régulation qui varient également en fonction de l’origine sociale. Par exemple, si les adolescents de milieux modestes sont moins équipés à domicile que ceux des familles favorisées, ils ont davantage accès aux appareils numériques dans leur chambre. Dans ce contexte, les parents ne sont pas toujours en mesure de réguler le temps passé devant les écrans et les contenus auxquels leurs enfants ont accès.

À l’inverse, dans les familles favorisées, les appareils numériques sont plutôt accessibles dans une pièce commune, partagée par l’ensemble de la famille, sous le regard des parents. Ces derniers peuvent ainsi plus facilement surveiller les activités de leurs enfants ainsi que le temps passé devant les écrans.

Enfin, dans les familles moyennes et favorisées, les parents autorisent l’utilisation des appareils numériques dans les chambres sous certaines conditions : pendant un temps limité ; lorsque les appareils sont utilisés à des fins scolaires ; à condition que ces appareils ne restent pas dans la chambre la nuit.

Les contenus

La dernière dimension que les parents régulent est celle des contenus. La régulation des contenus concerne aussi bien les images qui sont visionnées par les différents médias utilisés (sur la télévision, la tablette, le smartphone, les réseaux sociaux) que les contenus que les enfants déposent sur les réseaux sociaux.

S’agissant des contenus visionnés, certaines familles interdisent à leurs enfants de jouer à certains jeux vidéo (World Of Warcraft, Call Of Duty, Grand Theft Auto) en raison de leur caractère violent. Par ailleurs, 10% des parents interrogés interdisent à leurs enfants les émissions de téléréalité (spécifiquement juvéniles) et orientent plutôt leurs enfants vers des programmes susceptibles d’être rentables scolairement (documentaires, fictions).

La question de la régulation des contenus se pose également pour les usages que les adolescents font d’internet et des réseaux sociaux, qui cristallisent beaucoup d’inquiétudes : l’accès à des contenus violents ou pornographiques, les problèmes de cyberharcèlement, le dépôt de photographies ou de vidéos qui mettent en scène l’adolescent ou la teneur de certains propos échangés entre pairs en sont quelques exemples. Si des règles d’usages sont posées dans certaines familles, la régulation se traduit le plus souvent par un accompagnement, certains parents exigeants d’être « amis » avec leurs enfants pour surveiller les échanges et contenus déposés. Mais la régulation devient plus complexe dans la mesure où les adolescents peuvent facilement échapper au contrôle parental en investissant des réseaux sociaux sur lesquels les parents sont peu présents (Snapchat par exemple).

Conclusion

Les appareils numériques apparaissent aujourd’hui comme les principaux supports à travers lesquels les adolescents développent leurs sociabilités et la plupart de leurs pratiques culturelles. Ils constituent des marqueurs forts d’appartenance aux groupes de pairs qui se normalisent à une période particulière où les individus développent leurs propres goûts et préférences culturelles et cherchent à s’émanciper du contrôle parental. Pour autant, les adolescents ne constituent pas une catégorie homogène : s’ils partagent un certain nombre d’activités communes, ils développent aussi des pratiques numériques variables en fonction du genre, de l’origine sociale et de l’avancée en âge.

À domicile, les parents ne sont pas égaux dans leur capacité à transmettre une « éducation au numérique » à leurs enfants pour qu’ils soient en mesure de développer des usages raisonnés des technologies numériques. L’éducation se résume essentiellement à des activités de régulation qui se déploient sur quatre domaines : les équipements, les temps d’écran, les espaces de connexion et les contenus. Les résultats montrent que les régulations sont quantitativement et qualitativement parlant plus importantes dans les milieux favorisés et dépendent des compétences numériques des parents et de leur proximité avec la « culture numérique ».

Mickaël LE MENTEC, CAREF


[1] Cf. les enquêtes du CREDOC sur les équipements et les usages numériques des citoyens français réalisées tous les ans. La dernière enquête est disponible à cette adresse : https://www.credoc.fr/publications/barometre-du-numerique-2018

[2] L’ANR INÉDUC (2012-2015) avait pour objectif d’analyser les parcours éducatifs des adolescents âgés de 13 à 15 ans en croisant à la fois leurs trajectoires scolaires, leurs activités de loisirs et leurs pratiques numériques selon leurs espaces de vie. Cette recherche a mixé deux types d’enquête : une enquête par questionnaire réalisée auprès de 3.356 adolescents scolarisés en classe de quatrième répartis dans 38 collèges de trois régions (Aquitaine, Basse-Normandie et Bretagne) et auprès de 1.100 parents ; une enquête par entretiens auprès d’élus en charge de la jeunesse sur les territoires, de professionnels de l’éducation et l’animation, d’adolescents et de leurs parents a complété l’enquête quantitative.

Bibliographie sélective

Barrère, A. (2015), « Face aux loisirs numériques des adolescents : l’école et la famille à l’épreuve », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 48, n°1, 127‑147.

Fontar, B., Grimault-Leprince, A. et Le Mentec, M. (2018). « Dynamiques familiales autour des pratiques d’écrans des adolescents », Enfance Familles Générations, [En ligne], 31, disponible sur : https://journals.openedition.org/efg/1374

Glevarec, H. (2009). La culture de la chambre: Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial. Paris : La Documentation française.

Granjon, F., Lelong, B. et Metzger, J.-L. (2009). Inégalités Numériques : clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC. Paris : Hermès Science.

Le Mentec, M. et Plantard, P. (2014). INEDUC : pratiques numériques des adolescents et territoires. Netcom, (28-3/4), 217-238.

Octobre, S. (2014). Deux pouces et des neurones – Les cultures juvéniles à l’ère numérique. Paris : La Documentation française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.