Savants entre amateurs et professionnels : une vieille histoire

De la fourmi à l’atome[1] ; tel est le titre de ma thèse d’histoire des sciences soutenue à l’EHESS en mars 2018.

Ce travail doctoral nous plonge dans l’histoire des sciences naturelles autour de 1900, à une époque où la chimie était encore dans le giron des naturalistes. Plus particulièrement, il nous invite à suivre la vie et l’œuvre de Charles Janet (1849-1932).

Qui est Charles Janet ?

Bien que resté en marge des grandes figures scientifiques, l’Académie des Sciences avait reconnu ses nombreux travaux entomologiques sur les fourmis et les frelons. Sa classification atomique ressurgit aujourd’hui dans les discussions des chimistes anglo-saxons[2] comme une alternative très sérieuse à celle de Mendeleïev. Centralien, ingénieur civil et manufacturier, il fut entre autres géologue, paléontologue, entomologiste, biologiste et chimiste même si ces disciplines ne reflètent qu’une partie de ses recherches. Janet endosse ici la figure typique du polymath, car toutes ses productions sont d’un très haut niveau. Méconnus et scindés dans ses spécialités, ses travaux avaient été très peu étudiés et jamais dans une vision d’ensemble. Une approche biographique m’a permis d’étudier ce savant multiple et de dépasser les clivages disciplinaires dans lesquels ils sont habituellement cantonnés par les historiens ou les épistémologues.

Autre point remarquable : Charles Janet n’est pas issu d’une famille de naturalistes ou de médecins comme c’était souvent le cas des savants du MNHN ou de l’Académie des sciences. N’étant pas du sérail, il ne parviendra d’ailleurs jamais à se faire élire à l’Académie des sciences. Autodidacte puis étudiant en licence à la Sorbonne, il soutiendra une thèse à l’âge 50 ans alors qu’il était toujours manufacturier en province. Sa carrière nous ramène dans les Hauts de France, puisqu’il fut ingénieur dans une énorme brosserie[3] de Beauvais (Oise).

Ce savant, qui côtoyait et travaillait avec les meilleurs spécialistes européens dans son domaine peut donc être perçu comme un amateur. En effet, il n’a pas occupé de poste ou de fonctions universitaires et a financé ses recherches avec les revenus considérables de l’entreprise familiale.

Mais en quoi cet épais volume peut-il intéresser les sciences de l’éducation ?

Il est vrai que ses découvertes sur l’éthologie des frelons, des myrmécophiles, sur la métamérisation de la fourmi et que son obscure théorie orthobiontique ou sa classification très novatrice des éléments atomiques n’y sont d’aucun apport. Laissons donc de côté l’épistémologie naturaliste pour nous focaliser sur la trajectoire de cet amateur au sein même des institutions de recherche entre 1880 et 1914.

Poursuivre Janet à travers sa vie et son œuvre, c’est aussi voir les rouages de la recherche. Une vision externe tout d’abord qui montre l’organisation, le poids et le fonctionnement de la zoologie savante. On y croise l’Académie, les universités, l’EPHE, le Muséum et nombre de sociétés savantes. On accède aussi à une vision interne de ces lieux de recherche avec leurs hommes d’influence, leurs effets de cercle et les régimes humains qui font ou défont les carrières. La place des amateurs y est prépondérante (ce qui peut surprendre notre regard actuel).

Suivre Janet dans son histoire n’est pas simplement poursuivre un individu de nos velléités historiennes. C’est selon moi accéder à un passé qui dépasse largement cet unique savant. Et pour ne pas tomber dans les pièges d’une histoire romanesque où le sujet serait porté vers un destin valorisant à travers son lot de péripéties (les gloires et les échecs médiatisés), j’ai développé ce que je nomme une holobiographie. En bref, j’ai exposé la totalité des sources historiques et scientifiques à ma disposition. Je n’ai donc pas eu à choisir les seuls travaux récompensés ou ceux qui ont fait controverse. J’ai alors porté une attention égale à toutes les publications pour suivre la pensée de Janet dans ses avancées bien sûr, mais aussi dans ses piétinements, ses reculades et ses contradictions. Puisque nous je n’ai pas préjugé de la valeur historique d’un homme, je n’ai pas voulu préjuger de la valeur historique de chacun de ses travaux.

Le professionnel : le savant et/ou l’amateur ?

La trajectoire de Janet n’a pas suivi les lois de l’endorecrutement très fréquent à l’époque (les familles Milne-Edwards et Brongniart[4] en sont une parfaite illustration). Le parcours du savant est aussi instructif que son œuvre. En effet, il se montre révélateur des fonctionnements, usages et sociabilités des sociétés savantes locales ou nationales qui se posent en véritable autorité scientifique aux limites de l’Académie des sciences. Charles Janet nous fait par exemple pénétrer au sein de la prestigieuse Société zoologique de France (dont il deviendra président en 1899). En contrepoint, il nous permet d’observer les centres de recherches et d’érudition de l’époque tous influencés par le tropisme parisien. La France de 1900 se place dans les tout premiers rangs mondiaux en matière de sciences naturelles et l’on s’imagine volontiers une ruche savante de centaines de naturalistes dans les facultés de Paris ou au Muséum[5]. Mais en réalité, la recherche d’État est bien maigre, car il n’y a guère de naturalistes patentés. J’ai compté méticuleusement le nombre de zoologistes salariés dans les institutions d’État avant 1914. Ils ne sont ni 1000 ni 500, ni même 200 puisque j’en ai dénombré seulement 91 ! Il y a donc nécessairement une masse laborieuse plus discrète que nos élites académiques. Cette masse qui œuvre à produire la somme considérable des connaissances naturalistes française est celle des amateurs. Rien qu’en entomologie, j’en compte 800 à la même époque. Ainsi le ratio amateur/professionnel est à l’inverse ce que la notoriété savante veut bien nous laisser croire. Certes, on me rétorquera que ce ne sont là que de simples collectionneurs, pas des penseurs. Effectivement, il y en existe, mais c’est oublier le nombre important de ces amateurs qui ont fait carrière de leur passion. Ils en y consacrent en effet l’intégralité de leur temps et pour les plus fortunés, des moyens bien supérieurs à ceux de l’État (le Prince « savant » Albert 1er de Monaco ou l’imprimeur nantais Charles Oberthür et ses 5 millions de de papillons).

Ainsi, la science naturelle française s’est édifiée autour de quelques savants patentés comme Milne-Edwards, Perrier, Boule, Delage, ou encore Joubin, mais qui cachent une foultitude d’amateurs parfois aussi productifs qu’eux. Comme le dit Bernard Stiegler[6] « ceux-là ne travaillent pas pour survivre, mais pour exister ». C’est ainsi que l’on verra la présence de très nombreux amateurs comme Janet au plus haut niveau des sciences de l’époque.

Après une longue mise à la marge, ces amateurs sortent à nouveau de l’ombre depuis peu : les sciences naturelles participatives se développent à la faveur des outils numériques[7]. Elles rejouent les vieilles relations entre professionnels de l’expertise et non professionnels et l’on parle à nouveau d’amateurs, de public, de contributeurs dans les laboratoires. Mais ces projets scientifiques n’ont pas d’existence sans les amateurs. Un nouvel équilibre émerge. Le séminaire Vigie Muséum (MNHN-Paris) interroge d’ailleurs ces nouvelles relations au sein des naturalistes actuels.

Ces questions issues d’une autre sphère peuvent cependant intéresser les scientifiques de l’éducation notamment dans les processus de formation enseignante où le formateur est le « savant » et l’apprenant « l’amateur ». Sans diplôme, il n’a pas le titre d’enseignant et le regard que ses formateurs portent sur lui est souvent celui du surplomb. On biffe alors d’un trait rapide les compétences antérieures de cet enseignant-amateur, lui-même les met sous le boisseau pour mieux se conformer à cette position dominante. Cette opposition savant vs amateur n’est pas qu’un point de vue historique ou anecdotique puisque le nombre de réorientations, de secondes carrières ne cesse d’augmenter dans nos cursus. Nombreux sont ceux qui arrivent avec un bagage considérable (diplômes et/ou expériences professionnelles). En osant un parallèle avec les amateurs du passé croisés dans ma thèse, je pense que nombre de ces enseignants-amateurs sont d’un haut potentiel pour l’éducation.

La microhistoire : un point de vue particulier pour accéder au général

L’étude d’un individu permet de recueillir une somme d’informations considérables sur le contexte dans lequel il évolue. La microhistoire de Janet montre comment la casuistique donne accès aux éléments macrohistoriques. Ce savant particulier est à envisager comme un témoignage de ce que les contextes scientifiques et culturels ont pu imprimer en lui. Plutôt que d’étudier un système (ici celui de la recherche française en sciences naturelles), on perçoit comment les uns et les autres[8] s’approprient ce système. En étant ainsi humanisé, l’impact des règlementations est reconsidéré aux profits de leurs usages. De même, les limites et frontières des institutions sont redessinées par les relations humaines et les effets de réseau.

Je pense donc que le point de vue individuel est à valoriser dans l’approche du fonctionnement des systèmes éducatifs. Sans vouloir oublier l’analyse des politiques qui agissent sur les masses, un contrepoint personnel permet aussi de comprendre les effets de cette politique : comment est-elle reçue, comment est-elle contournée, comment les individus jouent-ils avec le système ? Il serait probablement intéressant de confronter les objectifs de la réforme du Bac avec les trajectoires explicitées des élèves au sein des E3C. Voir comment parents et élèves s’approprient ce nouveau système, non pas du point de vue statistique, mais du point de vue de stratégies et motivations personnelles seraient certainement d’un grand bénéfice pour comprendre les effets réels de cette réforme dans le choix global des cursus.

Pour conclure

Retracer la vie et l’œuvre de Janet, c’est observer les sciences sous un angle modeste. Ce sont souvent celles des anonymes qui se haussent un temps au niveau des gloires de leur époque. Si cette recherche témoigne des pratiques d’un scientifique méconnu, elle représente paradoxalement (selon moi) celles de bien des savants de son temps. À la charnière du XIXe, Janet permet d’observer à diverses échelles les recherches, les acteurs et leurs sociabilités dans les sciences naturelles.

Loïc Casson, CAREF


[1] Loïc Casson, De la fourmi à l’atome : les sciences naturelles vues et vécues par Charles Janet (1849-1932), Thèse de doctorat, Université de Recherche Paris Sciences et Lettres, France, 2018, 578 +154 p.

[2] Philip J. Stewart, «Charles Janet: unrecognized genius of the periodic system», Foundations of Chemistry, 1 avril 2010, vol. 12, no 1, p. 5‑15.

[3] La Brosserie Dupont, fleuron national aujourd’hui disparu, comptait 1200 ouvriers au plus fort de son activité.

[4] Philippe Jaussaud et Édouard-Raoul Brygoo, Du jardin au Muséum : en 516 biographies, Paris, France, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, impr. 2004, 2004, p. 574.

[5] La langue officielle des congrès internationaux est d’ailleurs le français, complétée par l’allemand et le latin (eh oui l’anglais n’y est qu’anecdotique).

[6] Bernard Stiegler, « Le temps de l’amatorat », Alliage, octobre 2011, no 69, p. 161‑179.

[7] Huit observatoires Vigie-Nature font partie d’un programme de sciences participatives ouvert à tous les curieux de nature qui souhaitent observer les papillons, les oiseaux, les escargots du jardin, etc. Ils ont été créés et sont gérés par le MNHN.

[8] Laurent Rollet et Philippe Nabonnand (eds.), Les uns et les autres : biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, France, Presses universitaires de Nancy : Éditions universitaires de Lorraine, 2012, 636 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.