Le « foot féminin » : un révélateur du masculin neutre

Ce billet est un article remanié. Initialement, il avait été publié au cours d’une coupe du monde de football s’étant déroulée en France en 2019. Le site (https://fr.fifa.com/) en français de la FIFA* la nomme « coupe du monde féminine de la FIFA » et la distingue de la « coupe du monde de la FIFA » (qui correspond en fait à une coupe du monde de football joué par des hommes).

Nous nous attachons ici à utiliser un concept issu des études sur le genre pour explorer de manière féconde un phénomène mis en lumière par/dans la sphère sportive.

Au début de l’été 2019, une compétition sportive internationale jouée par des femmes a trouvé un écho médiatique très important, rempli les stades et attiré des légions de téléspectatrices et téléspectateurs. Intéressons-nous à la façon de nommer cet évènement. Coupe du monde de football féminin ? Coupe du monde féminine de football ? Le terme « coupe du monde de football féminin » sous-entend qu’il existerait un football féminin qui serait différent du football masculin. Or, c’est bien le même sport avec les mêmes règles qui est joué par des femmes et par des hommes. Le terme « coupe du monde féminine de football » semble donc plus judicieux. Pourtant, comme l’autre formule, il révèle le masculin neutre (concept emprunté à Nicole Mosconi) du football, c’est-à-dire le fait que dans le domaine du football, comme dans celui du sport en général, le « masculin » (au sens de la culture et des pratiques des hommes, de certains hommes en fait) représente l’universel, « le féminin » une particularité, voire un intrus. Cette neutralité affichée est donc un leurre qui cache les avantages dont bénéficie un groupe d’individus, ceux qui sont les plus proches du « masculin » (cf. travaux de Connell sur la masculinité hégémonique**), tout en reproduisant les valeurs et le pouvoir de ce groupe. Dévoiler cette neutralité mystificatrice est un premier pas vers une égalité entre hommes et femmes. Une autre étape à franchir (selon Marro et Vouillot) sera de cesser d’associer, voire de substituer garçons/filles, hommes/femmes avec les termes masculin/féminin afin d’interrompre « la stimulation implicite de l’évocation du cortège de rôles de sexe qu’ils induisent et les enjeux identitaires qui leur sont associés ». Par conséquent, le terme adéquat pour parler de l’évènement susmentionné serait « la coupe du monde de football jouée par des femmes ».

Nous pouvons espérer que la médiatisation forte de cet événement favorise le sentiment de compétence des filles dans le domaine du football, afin qu’elles s’y sentent aussi compétentes que les garçons et que les unes comme les autres adhérèrent moins aux stéréotypes associant football et garçons. Cela facilitera le travail enseignant de déconstruction des stéréotypes de sexe, cette déconstruction démarrant en dehors de l’école. Rappelons que « se mobiliser et mobiliser les élèves contre les stéréotypes et les discriminations de tout ordre, promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes » est une des compétences requises pour exercer comme enseignant ou personnel d’éducation (cf. référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation, BO du 24 juillet 2015).

En conclusion, pour reprendre la chute de la présentation de Célia Yacoubi, représentante de l’ESPE d’Amiens, à la finale nationale du concours Mon mémoire de master MEEF en 180 secondes : « Sortez de vos visions stéréotypées et la prochaine fois que vous entendrez le mot entraineuse, pensez à la femme qui coache l’équipe de France et pas à une jeune femme qui serait (selon la définition soft du dictionnaire en ligne du CRTL) employée dans un bar, un établissement de nuit pour attirer les clients et les engager notamment à danser et à consommer. »

                                                                                                      Julie(n) MONIOTTE, CAREF

*Fédération Internationale de Football Association

** Selon Connell, il existe plusieurs formes de masculinités disponibles, c’est-à-dire susceptibles d’être incarnées (hégémonique, subordonnée, marginalisée, complice). La masculinité hégémonique correspond à la fois à une domination exercée sur les femmes, mais également à la subordination des autres formes de masculinités. Elle est un idéal culturel constamment promu par la société et joue un rôle dans la reproduction des rapports de domination du groupe des hommes sur celui des femmes (hétérosexualité, pouvoir, force physique, patriarcat, réussite, ouverture sur les grands espaces, domination de l’autre, compétition). Elle correspond à un groupe maintenant une position sociale de leadership. Connell précise qu’elle n’est pas un type de personnalité figé et invariant, mais une forme de masculinité qui est en position hégémonique dans une structure donnée de rapports de genre, une position toujours sujette à contestation.

Bibliographie

Connell, R. (2014). Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie. (2014) Paris : Editions Amsterdam.

Marro, C., & Vouillot, F. (2004). Quelques concepts clefs pour penser et former à la mixité. Carrefours de l’éducation, 17, 2-21.

Mosconi, N. (2004). Effets et limites de la mixité scolaire. Travail, genre et sociétés, 11(1), 165-174.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.