Les objets, narrateurs d’histoires et d’émotions

Les 11 et 12 juin 2019 s’est tenu au Logis du Roy un colloque intitulé  « Objets pour apprendre, objets à apprendre : quelles pratiques enseignantes pour quels enjeux ? ».  Cet événement international se proposait d’approfondir les réflexions initiées lors d’une  journée d’études  de décembre 2014. Selon l’argumentaire établi par le Comité scientifique du colloque[1], le  but était de  « déterminer la place et le rôle des objets mis au centre de pratiques enseignantes ordinaires ou innovantes, de la maternelle à l’université, en France ou dans d’autres contextes nationaux ». Il privilégiait  « une perspective transversale liée à une rencontre des domaines disciplinaires et confrontant les regards des praticiens, formateurs et chercheurs, ces statuts étant parfois cumulés par les mêmes personnes ». Il prenait en compte  « les enjeux permanents et les changements majeurs à l’école et dans la société » et  il s’intéressait  « aux objets en sciences et technologie mais aussi à ceux des historiens et géographes, ainsi qu’à ceux qui relèvent du vivant, aux œuvres artistiques ; enfin à tous ceux que peuvent convoquer, fabriquer ou faire fabriquer, réaliser des enseignants avec leurs élèves ». Des ateliers et des tables rondes furent organisés en parallèle, lors de ces deux journées qui attirèrent un public important. Toutes les places assises de la salle Sagittaire du Logis du Roy furent  ainsi occupées le mercredi et le jeudi de ce  colloque, qui réunit des spécialistes des Sciences de l’Education et des « objets pour apprendre ou à apprendre ».

Ce billet se propose de revenir en particulier sur la conférence plénière de José Luis de Los Reyes Leoz, qui se tint le mercredi 12 juin au matin. Cet enseignant-chercheur venu de l’Université Autonome de Madrid[2] (UAM) présenta une communication qui retint particulièrement l’attention des auditeurs : « Les objets, narrateurs d’histoires et d’émotions ». L’universitaire madrilène, qui  travaille à la Faculté de Formation du  Professorat et de l’Education (Facultad de Formación de Profesorado y Educación), partit du postulat que « les objets suscitent en nous des pensées et des émotions, que nous en avons besoin pour rendre notre existence plus plaisante ». Il ajouta que « nous exprimons à travers eux des sentiments et que nous transformons, grâce à eux, les espaces que nous habitons afin d’affirmer notre identité individuelle et notre rôle social ». Selon J.L de Los Reyes Leoz, « tout objet présenté dans un environnement d’apprentissage – tant dans la famille qu’à l’école – nous permet d’entrevoir des événements autour de lui. De fait, l’objet porte en lui l’information de base  du monde qui l’a créé, conservé et transmis. L’objet devient ainsi un conteur d’histoires : il sert  à communiquer avec le passé, avec le contexte culturel du présent et à générer un discours sur l’avenir ».

L’enseignant-chercheur espagnol évoqua notamment une expérimentation fort riche sur les objets et le rapport à l’émotionnel : le moment où l’on apprend aux élèves  à voir une œuvre  d’art et où l’on suscite  en eux la motivation pour envisager l’objet exposé comme source d’informations. Il se référa ainsi aux salles dédiées à la  Préhistoire et à l’Antiquité, au Musée Archéologique National de Madrid. En ces lieux, il a en effet développé une série d’activités collectives  ou individuelles, qui mettent en pratique l’apprentissage par la découverte d’objets sélectionnés, pour aboutir à l’analyse émotionnelle de l’icône du musée : la Dame d’Elche[3]. A ce propos, voici un extrait de sa conférence portant sur ce buste  féminin taillé dans la pierre calcaire, daté du Vème ou du IVème siècle av. J.-C., découvert en 1897 sur un site romain antique, l’Alcudia, à deux  kilomètres  au sud d’Elche, près d’Alicante, en Espagne :

« Nous réalisons une interview de la sculpture autour de laquelle nous nous installons pour lui poser les questions nécessaires et résoudre l’énigme posée. Après quelques instants de silence et d’indécision, les enfants (9-10 ans) et les étudiants de la Faculté commencent  l’activité en posant des questions naïves. Nous faisons le tour du sujet principal jusqu’à ce que l’un des élèves ouvre la clé du coffre au trésor : qui êtes-vous, Dame d’Elche ?

À partir de ce moment-là, les questions s’enchaînent, ce qui démontre que l’expérience a été menée avec succès. Les garçons et les filles posent des questions à la Dame d’Elche comme s’il s’agissait d’un enfant de leur âge : comment vous appelez-vous ? Quel âge avez-vous ? D’où venez-vous ? Pourquoi êtes-vous si silencieuse… De leur côté, les étudiants de la Faculté prétendent connaître ses sentiments et ses émotions et poursuivent le questionnement. Que représentent vos bijoux ? Qu’en pensez-vous ? Vous sentez-vous seule quand le musée ferme ? Dans quelle direction regardez-vous ? Êtes-vous heureuse ? Est-ce un portrait-robot de vous digne de foi ? Si vous pouviez nous parler de votre peuple ? Étiez-vous une prêtresse, une déesse, une vestale sacrifiée ? Avec tant de joyaux, faisiez-vous beaucoup de bruit en vous déplaçant ?  Toutes ces questions contribuent à  la reconstruction fabuleuse de la véritable histoire de la Dame d’Elche, que les uns et les autres devront rédiger à la maison ou au retour dans les salles de classe. »

Il me semble intéressant d’évoquer maintenant la réaction d’un membre de l’assistance qui, lors du débat qui suivit la communication de l’universitaire madrilène, opposa de façon tranchée rationalisme et sensibilité, considérant avec perplexité la question des affects face à un objet symbolique. Pourtant, nous dirons que l’approche du musée qui nous ramène à notre propre existence – à travers un parcours vécu dans les salles d’un haut-lieu culturel – permet d’aller au-delà du rationnel, de faire des rencontres émotionnelles qui vont marquer notre mémoire individuelle et nous aider à construire notre « musée imaginaire » personnel. Les médiations muséales comportent forcément à la fois un stade émotionnel (découverte d’une œuvre qui nous fait une forte impression, en touchant notre âme et notre cœur ou bien en suscitant une forme de déplaisir ou d’indifférence) et une dimension scientifique (examen attentif du cartel,  référents historiques, analyse iconique et plastique qui exige une méthodologie).

Susciter le plaisir dans la découverte des objets anciens et initier aux notions de temps et  d’espace, grâce à des techniques éducatives adaptées. Apprendre à voir les objets, engager avec eux une conversation et  en raconter l’historique.  Voilà quelques-uns  des objectifs de José Luis de Los Reyes Leoz, chercheur madrilène invité à Amiens  lors du colloque de juin 2019 et aujourd’hui membre associé du CAREF (thème 2).

Amiens/Madrid, mars 2020
José Luis de Los Reyes  et Sophie Pelissier


[1] Comité scientifique du Colloque : Jacques Audran (INSA Strasbourg), Cora Cohen-Azria (Université de Lille, CIREL), Cédric Fluckiger (Université de Lille, CIREL), Cédric Frétigné (Université Paris Est Créteil, LIRTES), Joël Lebeaume (Université Paris-Descartes), Anne-Laure Le Guern (Université de CAEN Normandie, CIRNEF), Corinne Marlot (Haute Ecole Pédagogique du Canton de Vaud), Thérèse Perez-Roux (Université Paul Valéry Montpellier, LIRDEF), Valérie Tartas (Université de Toulouse Jean Jaurès, CLLE), Jean-François Thémines (Université de Caen Normandie, ESO), Christine Berzin (UPJV-CAREF), Joël Bisault (UPJV, CAREF), Justine Breton (UPJV, CAREF), Céline Chanoine (CAREF), Anne Delbrayelle (UPJV, CAREF), Béatrice Finet (UPJV, CAREF), Roselyne Le Bourgeois (UPJV, CAREF), Mickaël Le Mentec (UPJV, CAREF), Sophie Pelissier (UPJV, CAREF).

[2] Située à 15 kilomètres du centre de la capitale,  l’Université Autonome de Madrid accueille 35 000 étudiants. Les 50 ans de l’UAM ont été célébrés en 2018.

[3] La Dame d’Elche a fait partie des collections du Musée du Louvre jusqu’en 1941, année où la sculpture fut rendue à l’Espagne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.