Retour sur un événement scientifique de l’automne 2021

Ce billet se propose de revenir en quatre pages sur le colloque bimodal qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2021, dans le cadre du thème 2 du Centre Amiénois de  Recherche en  Éducation et en Formation (CAREF – UR UPJV 4697).

Ce colloque international a permis à des chercheurs de France, d’Algérie, de Côte d’Ivoire et d’Espagne de partager des réflexions d’ordre didactique, pédagogique et institutionnel sur la littérature de jeunesse en formation.

Tout au long des deux journées du colloque, des enseignants-chercheurs, bibliothécaires, doctorants, spécialistes des Sciences de l’Éducation, des Lettres et des Langues étrangères ont eu l’opportunité d’échanger fructueusement en présentiel et à distance autour de la question des didactiques de la littérature de jeunesse. Ils ont partagé des travaux scientifiques, des récits d’expérimentations, des ingénieries de formation voire des exposés informatifs et des outils critiques, selon des approches discursives variées, comme l’ont fait remarquer nos deux grands témoins, les Professeures Brigitte Louichon de l’Université de Montpellier et Marie-France Bishop de l’Université Cergy-Paris, qui ont suivi, enrichi  et animé très activement les débats et la synthèse du colloque.

De l’Université de Picardie Jules Verne à l’Université de Grenade en Andalousie, de la BNF de Paris aux associations Entre les lignes et Lecture Jeunesse, de l’Université de Nanterre à l’Université Littoral Côte d’Opale, de l’ENS d’Alger à l’Université Houphouët Boigny de Cocody à Abidjan, de l’Université Caen-Normandie à l’Université Catholique de l’Ouest à Angers, la littérature de jeunesse en formation, ici et ailleurs, a été mise  à l’honneur lors de ce colloque. L’événement a compté la présence en continu d’une vingtaine de personnes connectées pendant toute la durée des conférences plénières, des ateliers et de la table ronde axée sur les enjeux vus par les professionnels. Parmi les étudiants connectés, signalons l’atelier de recherche de Master 1 Premier Degré  de l’Université Caen-Normandie dirigé par Madame Élise Ouvrard, enseignante-chercheure qui a réalisé une conférence sur « L’album de jeunesse anglophone : une ressource pertinente pour la formation des futurs professeurs ? ».

Malgré les conditions d’organisation particulières du colloque imposées par la pandémie, les échanges interuniversitaires et interinstitutionnels ont été bien réels ; ils constituent « le sel de nos activités de recherche », a expliqué à juste titre Madame Dominique Perrin, enseignante-chercheure à l’Université Lyon 1, qui a proposé une intervention sur « L’album sériel de grande diffusion, un enjeu et un levier des formations professionnalisantes à la littérature de jeunesse ». Les échanges très riches de ces deux journées scientifiques pourront – je l’espère – être bientôt partagés et diffusés à travers une publication, qui devrait reprendre les thématiques des conférences plénières et des ateliers du colloque organisés autour de l’offre de formation à la littérature de jeunesse en France et à l’international, la formation de l’individu et du citoyen par la littérature de jeunesse et la construction de compétences professionnelles chez les enseignants.

L’hybridité et la pluralité des approches retenues par les différents intervenants ont caractérisé ces journées, qui ont permis de faire un nouveau point sur la formation en littérature de jeunesse, près de dix ans après le colloque « Recherches et formation en littérature de jeunesse. État des lieux et perspectives, » tenu en 2011 et publié en 2012 par la BNF, et près de vingt ans après celui tenu en 2002, « Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui », publié en 2003 dans la revue Argos. Ce colloque s’est aussi fixé  pour objectif de prolonger la journée d’étude organisée à Amiens par le CAREF (octobre 2015) sur la littérature de jeunesse à l’école et au collège (publiée en 2017 chez L’Harmattan : Regards pluriels sur la littérature de jeunesse, dir. Lydie Laroque et Sophie Pélissier), en apportant un éclairage complémentaire sur les usages et les intérêts de la littérature de jeunesse pour une tranche d’âge différente. Comme cela a été établi dans l’argumentaire du colloque, il ne s’est  pas agi de viser la didactisation des ouvrages de littérature de jeunesse, ni la façon dont ces ouvrages contribuent à l’apprentissage de la lecture des plus jeunes. La question de la littérature de jeunesse en formation a souhaité s’intéresser, dans un cadre plus large, à tous les étudiants et professionnels qui sont formés à et par la littérature de jeunesse, quel que soit leur cursus universitaire, en formation initiale et continue, aux dispositifs et aux modalités dans lesquels ces formations prennent place, en France comme à l’international. Le colloque littérature pour la jeunesse en formation a exploré le ou les rôles assignés à la littérature pour la jeunesse dans la formation initiale et continue : connaissance des corpus; place et cadres de référence pour l’analyse des œuvres ; enjeux axiologiques ; enjeux didactiques ; enjeux de formation ; prise en compte des curriculums des formés, maîtres et élèves. La question de la littérature de Jeunesse en formation a posé  plusieurs questions didactiques, notamment celles de l’ouvrage support et/ou objet de problématisation, celle de la formation du lecteur en lien avec l’émergence de nouveaux supports et de nouvelles méthodes, celle des incidences de la formation en littérature de jeunesse sur le sujet, qu’il soit ou non professionnel de l’éducation ou de la lecture. 

Les modératrices du colloque, Mesdames Lydie Laroque, Anne Delbrayelle, Zoé Commère, Marthe Fradet-Hannoyer et Sophie Pélissier, enseignantes-chercheures, ont animé l’ensemble des communications avec l’appui des membres du Comité scientifique externe et des enseignants-chercheurs du CAREF présents à cette occasion à La Citadelle d’Amiens ou à distance, notamment le Professeur émérite Bruno Poucet et le Directeur du CAREF le Professeur Alain Maillard. Le 17 novembre, Monsieur Max Butlen, enseignant-chercheur honoraire de l’Université Cergy-Paris qui a travaillé auprès des Ministères français et brésilien de l’Education,  et Madame Silvia Corral Robles, enseignante-chercheure de l’Université de Grenade, ont ouvert le colloque selon deux perspectives très différentes. Leurs conférences plénières ont traité, d’une part, de l’historique de la littérature de jeunesse dans notre pays et, d’autre part, de la place de la littérature de jeunesse dans l’espace universitaire et culturel espagnol. Ont été ainsi abordées  successivement les questions suivantes : « Naissance et développement en France de l’offre de formation en littérature de jeunesse » et « L’offre de formation en littérature de jeunesse en Espagne. L’exemple de la méthode Teaching Proficiency through Reading (TPRS) ».  Lors des ateliers, sont  intervenues Mesdames Agnès Bergonzi et Virginie Meyer qui ont rendu compte de la réinvention de l’offre de formation du Centre national de la littérature pour la jeunesse (BNF), puis Madame Faffa Chihk Salah qui a souligné le rôle de la littérature de jeunesse dans la formation des enseignants de Primaire de l’ENS d’Alger. Le colloque s’est poursuivi avec les interventions de Mesdames Dominique Perrin et  Élise Ouvrard citées antérieurement dans cet article, puis la communication de Madame Zoé Commère qui s’est intéressée aux pratiques de la littérature de jeunesse chez les professeurs des écoles débutants.

Le 18 novembre, Madame Nadia Dangui a ouvert le cycle de conférences de la journée depuis la Côte d’Ivoire, dans une communication s’intéressant à la médiation de l’instituteur dans la construction de l’imaginaire de l’enfant à travers le livre littéraire. Madame Isabelle Dagué et Monsieur Renaud Hétier ont fait état de la formation existentielle des étudiants par les albums de littérature de jeunesse et ont abordé la délicate expérience du débat philosophique en classe. À la suite, Madame Clotilde Lebas  a examiné la question de l’éducation à l’égalité filles-garçons, et des usages et mésusages à l’école dans la formation à la littérature de jeunesse. Une table ronde a réuni à partir de 11 heures 30 Madame Émilie Perrichon et Monsieur Xavier Escudero, Professeurs à l’ULCO. Leurs réflexions scientifiques ont enrichi les débats sur les notions d’interculturalité et de coculturalité. Madame Perrichon a présenté  une action de formation (atelier d’écriture de contes) proposée aux demandeurs d’asile, réfugiés et sans papiers, dans la région des Hauts-de-France. Monsieur Xavier Escudero nous a fait connaître la collection bilingue de contes populaires d’Estrémadure illustrés (Cuentos populares de Extremadura ilustrados, éd. Shaker Verlag) dont il est le traducteur, ainsi que les séquences pédagogiques mises en place autour de ces récits, en Master MEEF et dans les établissements scolaires de la région. Plus tard, Madame Sonia Deleusse Le Guillou  nous a expliqué le rôle de son association Lecture Jeunesse en faveur de la formation et l’information des adultes qui encadrent les adolescents dans le domaine de la littérature de jeunesse. Madame Lydie Laroque a, pour sa part, retracé le travail mené auprès des étudiants dont les orientations professionnelles autour du livre sont multiples ; elle nous a fait découvrir ensuite la plate-forme EUROLIJE créée en 2019 à destination des acteurs du livre de jeunesse. Avant la synthèse des Professeures Brigitte Louichon et Marie-France Bishop, une dernière conférence a été proposée par Madame Cécile Vallée, qui a porté à notre connaissance le travail qu’elle mène en didactique de la compréhension et l’évolution consécutive des professeurs des écoles stagiaires quant à l’appropriation d’outils et de stratégies adaptés.

Nous terminerons ce billet informatif en proposant un nuage de mots susceptible de caractériser l’ensemble des communications et débats qui ont eu lieu lors de ces deux journées de colloque :

Remerciements à tous ceux qui ont œuvré à la mise en place de l’événement, tant d’un point de vue scientifique qu’organisationnel : la direction du CAREF, l’INSPÉ d’Amiens, le comité scientifique issu de 9 universités françaises, tout le comité d’organisation du thème 2 du CAREF, notre gestionnaire administrative, notre ingénieure pédagogique, nos techniciens informatiques et audiovisuels, ainsi que l’infographiste et l’illustratrice auteure de l’affiche du colloque reproduite ci-dessous.

Comité scientifique du colloque composé de Mesdames Christine Marie France Bishop, Christine Boutevin, Anne Delbrayelle, Isabelle de Peretti, Marthe Hannoyer, Lydie Laroque, Brigitte Louichon, Sophie Pélissier-Chaze, Gersende Plissonneau, Patricia Richard Principalli, Virginie Tellier.

Affiche réalisée  par Natalie Pélissier pour le colloque de Littérature de jeunesse en formation,  gouache et collage sur papier Canson, 2021

Sophie Pélissier-Chaze (CAREF-UPJV), Responsable du pilotage du colloque, avec Mesdames Anne Delbrayelle (CAREF-UPJV) et Lydie Laroque (Université Cergy-Paris)



Citer ce billet
Laboratoire CAREF (2022, 24 février). Retour sur un événement scientifique de l’automne 2021. Edu-caref. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o2xu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.