Où est passé le dévelop-pement durable dans les écoles ?

L’été 2022 a été marqué du sceau du dérèglement climatique. Après un printemps estival, trois vagues de chaleurs intenses et de nombreux orages, chacun de nous a croisé la question du développement durable. Il en va certainement de même à l’École où nombre d’enseignants abordent cette nouvelle année scolaire avec l’idée de travailler plus et mieux l’éducation au développement durable[1].

Pour ce faire, ils vont pouvoir être appuyés par le nouveau ministre de l’Éducation Nationale pour qui « la question écologique » est justement le 4ème axe de son programme. Ainsi Pap Ndiaye déclarait dans sa lettre d’investiture que cette problématique était « urgente et cruciale ». Il ajoutait que son ministère « doit engager, dans toutes ses dimensions, une mobilisation forte sur le sujet. […] Ce qui suppose aussi de renforcer, dans les programmes scolaires, l’enseignement sur le sujet» [2].

Il faut bien dire que c’est un enseignement particulier. D’abord, il n’est pas disciplinaire. Ensuite, il cultive le paradoxe de figurer dans les objectifs d’apprentissage sans disposer d’un volume horaire dédié. C’est certainement sa transversalité qui justifie cet état de fait alors que d’autres éducations comme la musique, l’EMC et l’EPS ont des horaires d’enseignement bien déclarés. Concrètement, le développement durable est inscrit au B.O., mais pas dans les emplois du temps des écoles.

Cinq mois plus tard, Pap Ndiaye rappelle son engagement pour le développement durable dans sa circulaire de rentrée. Selon lui, « la formation des élèves sur ces thématiques n’apparaît pas suffisante »[3], aussi il demande au Conseil Supérieur des programmes (CSP) d’aller au-delà des travaux menés en 2020. En attendant, les écoles « doivent poursuivre leur action volontariste »[4] et placer la transition écologique au cœur de leur projet. Ce discours laisse la part belle à l’initiative des équipes enseignantes sans pour autant fixer un nouveau calendrier ou cadre horaire (comme cela a été fait avec les 30 minutes d’activité physique quotidienne).

Une politique territoriale très inégale

À une échelle plus locale, les missions académiques EDD relayent ce message de rentrée. Par exemple, l’académie d’Amiens est on ne peut plus claire sur la place de cet enseignement, car elle évoque une « mission centrale de l’école »[5]. Cela se traduit directement dans le processus de formation continue. Dans les tutoriels étiquetés « Développement durable » que propose M@gistère, un seul est dédié au cycle 1, quatre au cycle 2, six au cycle 3 et cinq au cycle 4. Même si ces formations s’appuient sur des situations réalisables en classe, certains intitulés laissent à penser qu’elles sont destinées à des enseignants experts avec notamment pour les cycles 2,3 et 4 « l’albédo des glaces » ou « la dilatation des océans ». Observée nationalement, l’offre de formation est plutôt adressée aux collèges et lycées où les éco-délégués sont obligatoires alors qu’ils sont seulement encouragés en CM1-CM2.

Pour d’autres académies, c’est souvent l’appel à projets, l’inscription à des défis ou des concours qui représentent le mieux l’enseignement du DD dans les écoles. Autre exemple, l’académie de Grenoble financera certaines écoles à hauteur de 500 euros. Pour ce faire, elles devront relever l’un des 54 défis de l’année « Grenoble Capitale Verte de l’Europe » en s’inscrivant (ou plutôt en souscrivant) au projet « coup de pouce vert »[6].

Avec ce discours académique très volontariste, les acteurs institutionnels renvoient l’image d’une forte mobilisation pour le DD. D’ailleurs, cette dynamique de projets est parfois si incitative qu’elle semble incontournable. Rappelons que le DD n’est qu’un axe parmi d’autres dans la politique éducative nationale et que rien n’oblige les enseignants à y créer des projets. Finalement, ces exemples nous montrent que la sensibilisation au DD dans les écoles est très dépendante de l’implication territoriale. Elle est donc pour le moins hétérogène, ponctuelle, sans égalité nationale et surtout sans enseignement reproductible. Bien sûr pour les écoles déjà engagées sur d’autres projets, il sera difficile de s’intégrer à ceux du DD. Il restera cependant pour ces élèves les enseignements hebdomadaires dispensés au sein de leur classe.

Des programmes peu lisibles

Avant toute conception de séance, les enseignants consultent les programmes. Il s’agit là d’un geste rassurant autant qu’un élément de culture professionnelle très ancré depuis la formation initiale, le concours et les premières années de titularisation. Et pour ce qui concerne les enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable, les programmes de la rentrée 2020 ont été renforcés. En effet, le CSP avait remis en décembre 2019 des propositions en ce sens à Jean-Michel Blanquer. Mais, en scrutant ces programmes[7] 2020, force est de constater qu’il est bien difficile de trouver la place du DD. Difficulté prévisible puisque ce n’est ni une discipline ni une éducation heurée. Il faut donc fouiller, explorer ces imposants documents et chercher ce qui peut bien se rattacher au DD. Ce manque de lisibilité constitue manifestement un premier frein à cet enseignement. Dans sa lettre de saisine du 20 juin 2019, Jean-Michel Blanquer, avait pourtant demandé au CSP de « proposer des enseignements plus explicites [et] des contenus supplémentaires sur les enjeux du changement climatique, du développement durable et de la biodiversité ». Certainement conscient de ce manque de clarté, le Ministère avait produit ensuite une version du texte qui mettait en évidence les modifications apportées. Le DD y était plus facilement repérable puisque tout ce qui le concernait apparaissait clairement en vert. Mais en cette rentrée 2022, les repères colorés spécifiques du DD ont été gommés, tant sur Éduscol que sur le site Éducation.gouv. Le DD reste donc aujourd’hui difficile à saisir pour les enseignants qui cherchent à le trouver dans l’ensemble des programmes de l’École.

Ce sont les programmes du cycle 3 qui laissent la place la plus importante au DD, et ce, dans le domaine des sciences. Effectivement, en dehors de l’EMC, les autres domaines des programmes ne semblent guère avoir été repeints de vert. Ce sera donc dans les sciences du cycle 3 que les enseignants intègreront le plus les apprentissages liés au DD. Toutefois, un récent rapport de l’Inspection Générale[8] nous indique que les sciences sont minimisées dans les pratiques des cours moyens. En se basant sur les emplois du temps affichés, cette enquête montre que « les sciences et technologies sont un domaine d’enseignement pour lequel les horaires dans les emplois du temps sont particulièrement inférieurs aux horaires attendus ». Le volume annuel d’enseignement des sciences serait de 47 heures au lieu des 72 heures prévues et la moitié des classes ne traiteraient au plus que six leçons de sciences dans l’année. On en déduit que les enseignements liés au DD seront eux-aussi minimisés au quotidien de la classe. Ainsi, les programmes qui constituent habituellement le cadre horaire et notionnel des enseignements ne paraissent pas remplir cette fonction pour le cas du DD intégré aux sciences.

Le DD est donc condamné à se frayer une place a posteriori dans les emplois du temps disciplinaires. Cela se fera à la faveur d’actions ou de projets. C’est là certainement un écueil pour les enseignants qui construisent très tôt leur année scolaire et qui peineront ensuite à insérer le DD dans des progressions/programmations déjà bâties de longue date . L’enseignement du DD ne semble donc pas aisément prévisible, programmable et reproductible puisque chaque projet vise des objectifs différents et possède son propre rythme d’apprentissage (action ponctuelle, action de cycle, action d’école).

Des manuels peu aidants

L’aide viendra peut-être des manuels de cycle 3. Là encore le même rapport de l’lGÉSR émet un bémol puisqu’il nous dit qu’« en français comme en mathématiques, 40 % seulement des classes disposent de manuels et qu’ils sont pratiquement inexistants dans les autres matières »[9]. Les sciences et l’histoire-géographie, qui sont majoritairement le support du DD, n’outilleront donc pas les élèves pour mener ces apprentissages. Toutefois, nombreux sont les enseignants qui s’inspirent d’un manuel et de son guide du maître. Pour les sciences et technologies au cycle 3, il semble que seul l’éditeur Magnard ait produit un manuel en accord avec les recommandations de 2020. Il affiche même en couverture de sa nouvelle édition du manuel de CM2 qu’il s’agit « du premier cahier écoresponsable ». Il est en fait imprimé sur du papier issu de forêts gérées durablement et de papier recyclé. À l’intérieur, 4 doubles pages dédiées au DD (transition énergétique, biodiversité, protection, réchauffement) s’ajoutent aux apprentissages classiques. Il y a bien là les contenus supplémentaires demandés par Jean-Michel Blanquer en juin 2019. Pour les autres manuels de sciences au cycle 3, conformes aux programmes de 2018, les enseignements liés au DD sont plus réduits. Ils sont souvent ajoutés à la fin des chapitres habituels à la manière d’un supplément optionnel. Ainsi les manuels, rares dans les classes, sont peu aidants pour les enseignants.

Une situation très contrastée

Après l’avoir cherché dans les « outils du maître », il est légitime de se demander où est passé le développement durable dont on parle tant. Il y a manifestement un hiatus et même un sérieux différentiel entre les ambitions affichées par le Ministère et la réalité programmatique ou pratique du DD en classe.

Assez difficile d’accès dans les programmes, dans les manuels ou dans la formation, le DD ne semble présent que dans les très nombreux projets proposés ou imposés par les académies. Ainsi, pour certains enseignants, le DD prendra la forme d’un enseignement libre, supplémentaire, optionnel ou opportuniste pour d’autres. C’est une sorte d’éducation buissonnière où ils ont le plaisir de reconnecter leur engagement citoyen avec celui de leur liberté pédagogique. Cela tient parfois de l’acte militant. Et si nombre d’enseignants témoignent aujourd’hui d’un réel investissement dans les projets liés au DD, ceux qui souhaiteraient simplement suivre les préconisations du cadre institutionnel se heurtent à un DD invisibilisé. Le DD peut donc être très présent dans les pratiques de classe, mais il peut aussi être inexistant pour les enseignants qui ne souscrivent pas à l’actuelle politique de projets ou qui s’engagent sur d’autres thématiques de projet.

Bien que promu par le Ministère et demandé par des Professeurs des Écoles toujours soucieux de répondre aux grands enjeux sociétaux, le développement durable n’a pas encore trouvé de place stable au sein des enseignements du Primaire en cette rentrée 2022.

Loïc Casson – CAREF – Octobre 2022

[1] Dans la suite du texte, le développement durable prendra l’acronyme « DD ».

[2] Lettre de Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, adressée aux professeurs, sur les grandes orientations du ministère (lutte contre les inégalités, les savoirs fondamentaux, bien-être des élèves, écologie, revalorisation), Paris le 27 juin 2022.

[3] Circulaire de rentrée 2022, « Une École engagée pour l’excellence, l’égalité et le bien-être », Circulaire du 29‑6-2022 (NOR : MENE2219299C), p. 6.

[4] Ibid

[5] Lettre de rentrée 2022-23 de la mission académique pour l’Éducation au Développement Durable.

[6] Projet doté de 30 000 € financés par l’État (15 000 €), La Poste (10 000 €) et Bouygues Énergies (5000 €).

[7] BO n° 31 du 30 juillet 2020.

[8] IGÉSR, L’enseignement en cours moyen : état des lieux et besoins, n° 2022-048, avril 2022, p. 11-13.

[9] Op. cit., p. 21.



Citer ce billet
Laboratoire CAREF (2022, 11 octobre). Où est passé le dévelop-pement durable dans les écoles ? Edu-caref. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o2xv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.