L’atelier des doctorants

Thèse de doctorat en histoire de l’éducation, élaborée sous la direction de Monsieur le Professeur Bruno POUCET

Histoire de l’enseignement mathématique pour les filles dans les écoles primaires publiques et privées de la Somme de 1881 à 1923

Présentée et soutenue publiquement le 10 juillet 2017 à 14 heures, au Logis du Roy, 9 square Jules Bocquet, passage du Logis du Roy, à Amiens par

Maryse DECAYEUX-CUVILLIER

Devant un jury composé de :

Monsieur Jean-François CONDETTE, professeur d’histoire contemporaine, COMUE, Lille-Nord- de-France (rapporteur)

Monsieur Renaud D’ENFERT, professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Monsieur Bruno POUCET, professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Monsieur Yves VERNEUIL, maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne (rapporteur)

Monsieur Thomas De VITTORI, maître de conférences en mathématiques, ESPE Lille-Nord de France

Résumé de la thèse :

Ma thèse se place dans le champ de l’histoire d’une discipline scolaire, l’arithmétique, pour les filles, dans les écoles primaires de la Somme au cours de la Troisième République. La thèse s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux menés par Bruno Belhoste, Brigitte Dancel, André Chervel, Renaud d’Enfert, Bruno Poucet, et d’autres historiens des disciplines scolaires. Elle s’inscrit aussi dans la lignée des travaux sur l’enseignement féminin, ouverts par Françoise Mayeur et poursuivis par Rebecca Rogers. Ce type de recherches nécessite le recueil et l’analyse de sources qui mettent en lumière les différents acteurs qui évoluent dans une classe : le maître et les élèves, mais aussi le ministère de l’instruction publique et ses représentants hiérarchiques. Il se trouve qu’aux archives départementales de la Somme, il existe de nombreuses sources manuscrites et imprimées qui permettent d’apporter des réponses aux questions posées, c’est pourquoi j’ai choisi ce département comme terrain de recherche. Mes précédents travaux ont permis d’aboutir à un certain nombre de conclusions concernant les finalités de l’arithmétique et la question de l’enseignement des filles : en effet, celles-ci ont des résultats inférieurs à ceux des garçons dans ce domaine. Ma thèse s’inscrit dans la suite des ces travaux et porte sur la question de la scolarisation des filles dans le public et dans le privé, leurs performances, tout au long de cette période, le contenu et les finalités de l’enseignement qui leur est proposé, la question de la formation des institutrices congréganistes et laïques. Il s’agit, en mettant à jour les pratiques des maîtres et les résultats des élèves, de mesurer l’écart éventuel entre les prescriptions officielles et leur mise en œuvre. Cette étude montre que l’enseignement mathématique à l’école primaire atteint une dimension plus éducative à la fin des années vingt et que les performances des filles deviennent identiques à celles des garçons, soulignant ainsi, finalement, une certaine réussite du projet scolaire républicain dans ces deux domaines.

Thèse de doctorat en sciences de l’Éducation

 de Jean-Louis YERIMA BANGA

L’ÉTAT, L’ÉGLISE ET L’ÉDUCATION

Le Partenariat comme nouveau paradigme axiologique face aux défis

de l’éducation en Centrafrique et ses enjeux.

Présentée et soutenue publiquement le mercredi 28 juin 2017 à 14h

Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Bâtiment Logis du Roy

Square Jules Bocquet, Amiens

Devant un jury composé de :

Monsieur Jean-Émile CHARLIER, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, Belgique, Rapporteur

Madame Sarah CROCHÉ, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Monsieur Abel KOUVOUAMA, Professeur à l’Université de Pau

Monsieur Alain MAILLARD, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Monsieur Bruno POUCET, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens, directeur de la thèse

Monsieur Claude PRUDHOMME, Professeur Émérite, Université Lumière Lyon II, Rapporteur

Résumé de la thèse

L’histoire des politiques et des réformes éducatives en Centrafrique reste surtout marquée par un désert épistémologique et par une absence de recherches universitaires dans le domaine des sciences de l’éducation. Cette thèse revient sur les 120 ans de cette histoire depuis 1889. Elle retrace l’histoire de la collaboration entre l’État et l’Église dans le domaine scolaire depuis les débuts jusqu’en 2009. Au cours de cette période, les relations traversées par les questions scolaires entre les deux institutions sont analysées et expliquées. Cette thèse qui appréhende l’institution scolaire comme lieu des convergences réciproques des énergies et de collaboration expose non seulement l’évolution et les ruptures des relations entre l’État, l’Église et l’École, mais scrute aussi les innovations constatées dans les orientations de la politique éducative en terme de partenariat depuis un certain temps. La recherche menée fait ainsi apparaître la reconfiguration de l’école centrafricaine grâce à la transformation et à une large ouverture de la politique éducative aux nouveaux acteurs dits privés à la faveur du partenariat éducatif : on passe désormais des écoles catholiques aux écoles privées laïques. Enfin, l’étude de cette histoire éducative restée pendant longtemps peu explorée repose sur l’analyse des archives publiques et privées portant sur l’évolution des politiques scolaires dans le grand sillage de la mondialisation.